France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Urgences, Agents de sécurité : Ligne de front commune sans précédent pour les médecins libéraux et hospitaliers

Vingt syndicats et assemblées représentatives des médecins libéraux et hospitaliers ont fait lundi une "proposition immédiate" pour juguler la crise sanitaire, notamment en filtrant l'accès à "l'ensemble du territoire". 28} Urgence Samu-15 .

Écouter la "voix commune"

"Situation historique, approche historique" : pour la première fois à la mémoire d'un médecin, 18 organisations représentent la profession. Selon Selon un communiqué initié par l'AFP et obtenu copie, "tout était solidaire" et "un langage commun" se faisait entendre. Parmi les signataires figurent tous les syndicats de praticiens libéraux et hospitaliers, ainsi que les syndicats d'internes et d'étudiants, les présidents de commissions médicales et les réunions de doyens, mais sans l'ordre des médecins.

Cette union sacrée met sur la table une "proposition immédiate d'application pour cet été", mais de nombreux paramédicaux sont dissous, dont des CHU récemment contraints comme Bordeaux, Toulouse et Grunouble. Est au bord de la crise. Restreindre l'accès de nuit par téléphone au 15.

Unanime auprès des gardes-malades

« Solutions préconisées à l'échelle nationale par les médecins qui souhaitent étendre cette ancienne réglementation médicale » et aux organismes publics « Sensibiliser le public au bon usage des les services d'urgence hospitaliers et le recours aux soins non programmés. »

 Même unanimité au sujet de la médecine : Les dirigeants professionnels sont « des obligations collectives et collaboratives, plutôt qu'individuelles revendiquées par d'autres. » De la « responsabilité » d'« organiser la permanence de (...) soigner localement ». Comme au début de l'épidémie de Covid, quitte à autoriser "le recours à la consultation à distance, y compris par téléphone, si la situation clinique s'y prête".

Les signataires espèrent que leur demande sera traitée par une "mission flash" sur les soins non programmés, qui devra remettre une conclusion au président français Samu-Urgences , François Brown. Le gouvernement de cette semaine.