France

Virus meurtrier en Chine : quels sont les symptômes, l'origine, la transmission, les risques ?

Selon la presse chinoise, la maladie a déjà été contractée par 291 personnes, six seraient déjà mortes et la transmission entre humain serait avérée.

L'épidémie d'un virus inconnu baptisé "nCov" apparue à Wuhan, dans le centre de la Chine, continue de se propager et d'inquiéter la communauté internationale.

Le point sur ce qu'on sait sur ce mystérieux virus.

1. Les symptômes

La Commission municipale de l'hygiène et de la santé de Wuhan a précisé dans une communication que la maladie se manifeste par de "la fièvre et une toux persistante". Au départ cette toux n'est pas très prononcée mais elle est durable et provoque des complications chez des patients âgés ou atteints d'autres maladies.

Santé publique France précise que les cas possibles sont toutes les personnes présentant des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë basse grave dont les signes cliniques nécessitent une hospitalisation et ayant voyagé ou séjourné dans la ville de Wuhan en Chine dans les 14 jours précédant la date de début des signes cliniques.

2. L'origine

L'origine de l'épidémie part du marché de Wuhan en Chine. En effet, les premières personnes qui ont contracté le virus sont des vendeurs de ce marché qui est spécialisé dans la vente en gros de poissons et de fruits de mer.

L'accès à ce lieu est fermé et il est en train d'être décontaminé pour éviter tout risque de surconsommation.

Selon plusieurs spécialistes, le virus proviendrait d’une source animale. Mais ils ne pensent pourtant pas qu'il provienne d'une espèce de poisson. Pour le Sras, la source animale était une chauve-souris insectivore. L’hôte intermédiaire qui avait ainsi propagé le virus à l’homme était une civette qui était vendue sur les marchés et consommée au sud de la Chine.

3. La transmission

Il y a quelques jours encore, Santé publique France expliquait que "le potentiel de transmission interhumaine directe n'était pas connu". Les autorités sanitaires chinoises pensaient que la transmission était "faible".

Or, Zhong Nanshan, un scientifique chinois, expert du Sras, a déclaré que la transmission par contagion entre personnes était "avérée". Et ceci est loin d'être une bonne nouvelle car ainsi le virus va se propager plus rapidement et plus largement.  

4. Le nombre de malades et de morts

L'épidémie de ce coronavirus touchait 291 personnes au lundi 20 janvier, rapporte ce mardi 21 janvier la presse publique.

La province de Hubei, où se trouve Wuhan, en compte à elle seule 270. Les autres cas ont été diagnostiqués à Pékin, à Shanghai et dans la province méridionale de Canton. 

D'autres personnes sont atteintes du virus dans d'autres pays que la Chine : une personne en Corée du Sud, une au Japon à Tokyo, deux en Thaïlande et une en Australie. Toutes étaient allées à Wuhan ces dernières semaines. 

Le plus inquiétant c'est que selon certaines données le nombre des personnes vraisemblablement infectées serait en réalité de 1 723. 

Le bilan s'élève à 6 morts ce mardi 21 janvier selon La Croix.

6. Les précautions

La Commission nationale de la santé en Chine fera un point ce mercredi 22 janvier à 10 h sur l'épidémie, a annoncé le service de presse du gouvernement.

Une réunion d'urgence aura également lieu ce mercredi 22 janvier au siège de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour déterminer si l'épidémie constitue une urgence internationale de santé publique. 

En attendant la France a lancé un plan d'alerte. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a précisé ce mardi que "la situation est suivie de très près depuis plusieurs semaines par le ministère de la Santé et l'Organisation mondiale de la santé, il y a des réunions régulières. Toutes les autorités sanitaires - les Samu, les laboratoires de virologie, les hôpitaux - sont informées du risque et donc vont chercher les personnes et les emmènent dans des lieux qui leur permettent de ne pas être en contact avec le reste de la population."

Des précautions d'hygiène doivent être mises en place, notamment l'isolement et le port de masque pour éviter la propagation du virus.

7. Le risque en France

Pour le moment, le virus n'a pas été identifié sur le territoire français. "Tout est calqué sur le même modèle de l'épidémie de Sras, nous sommes préparés", rassure Jean-Claude Manuguerra, virologue responsable de la cellule d'intervention biologique d'urgence à l'Institut Pasteur, à France Bleu. 

8. Traitement 

Il n'existe pour le moment aucun traitement disponible.