France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le premier maillot jaune d'Yves Lampaert

Certaines histoires ont la vie dure. Cette douce ironie qu'offre notre grossier juillet candide, inviolable et sacré, prend le premier tour Cet art subtil éloigne cette année du Danemark pour des gains économiques et financiers Cela n'a rien à voir avec le chroniqueur. Humanité– Comme près d'un tiers des collègues d'ailleurs. Le premier pli de la course à distance était d'un goût très particulier car je n'ai pas pu m'empêcher d'insuffler ce bel engouement local. Dans cette première phase, un contre-la-montre a été entièrement tracé dans les rues de Copenhague (13,2 km) en raison de l'anecdote du tout premier championnat du monde de cyclisme en 1921. La Grande Boukle n'a jamais débarqué la caravane à un point aussi septentrional.

Une foule importante de Danois est enthousiaste et ravie de célébrer l'héritage de notre voyage. Le vent a soufflé sur l'asphalte, et les signes cauchemardesques des étapes du samedi et du dimanche ont été pulvérisés à l'ouest du pays. Et des gouttes de pluie imprévisibles comme de la bruine, comme pour nous rappeler que le terrain du lieu et ses éléments déterminent la loi des trois prochaines semaines. Tout a commencé par la joie des frissons estivaux au cœur de la ville du nord, fière d'être " la plus vélo-friendly au monde".

Déjà bluffé par la fougue de la course maillot jaune, le Slovène Taday Pogachal, double tenant du titre, fait toujours figure de grand favori, mais il n'en reste pas moins que le chronologue en manque. Julian Alaphilippe, qui pensait à quelques grands noms, Eddy Merckx et le copropriétaire britannique Mark Cavendish au record de victoires d'étape (34) Jusqu'alors, la 19e édition ne s'en était pas totalement remise, avec le vétéran italien Vincenzonibali (37) vainqueur en 2014 et L'Espagnol Alejandro Valverde (42 ans), le champion du monde 2018, ou encore le jeune Belge... Le génie Remco Evenepol, 22 ans, était encore jugé un peu gentil par l'équipe, sans oublier le Colombien Egan Bernal (vainqueur). En 2019, il se remet encore de l'horrible chute qui l'a presque paralysé pour le reste de sa vie. A quand les tournées devant tout le Seigneur ?

Le sortilège opère malgré tout, et à travers des images spectaculaires et hautement sublimes, l'épreuve du temps de la journée est du pont Queen Louise au Danemark, où de véritables circulations à vélo perturbent la circulation tous les matins. promenade confortable à travers la capitale jusqu'au mini secteur pavé au pied du palais d'Amalienborg de Margrethe II, qui règne sur le pays depuis 1972. L'équipe a prédit la possibilité de précipitations plus importantes que prévu, mais la prévision n'était pas exacte et il a plu beaucoup plus tôt que prévu. Ainsi, les prétendants à la victoire finale se sont précipités les premiers, pensant échapper au mauvais temps... mais se sont retrouvés finalement sur une route mouillée et glissante, une épopée. De loin, les géants de la route arborent leurs corps frêles, comme si les chronologues portaient des chandails et signaient le début d'une aventure extrême où ils devaient s'entendre sur un mode onirique, comme un mantra. essais.

Les coureurs ont pris plus ou moins de risques, toujours dans un état instable, toujours à la limite de la bascule et dans un état dantesque sous la douche. Plusieurs sont tombés (en tête au milieu, dont le Français Christophe Laporte). D'autres ont une attention calculée. Et parmi les candidats à la Cour d'or, entre les spécialistes du genre et les cadors des généraux, on a assisté à quelques secondes de combats plus importants qu'il n'y paraît. J'ai longtemps cru que le Néerlandais Mathieu van der Paul, le petit-fils de Raymond Poulidor, prendrait les devants dans ce petit match à suspense. Van Aart, un dauphin transalpin dans les deux derniers mondes. Le bon résultat " Phenomenon " de Jumbo (deuxième fois) nous rappelle une fois de plus qu'on peut gagner du temps en montagne, des sprints, et même des victoires, et qu'il faut tenir compte de la force collective. ) de la " Guêpe " symbolisée par la tête de tableau des Slovènes Primož Roglič et Dane Jonas Vingegard. , La vitesse est impressionnante.

Il était écrit que ça ne s'arrêterait pas là. Je ne m'attendais pas à Yves Lampaert de Belgique, le coureur " Surprise " du jour. Le coéquipier de Quickstep, Julian Alaphilippe, un talentueux spécialiste de l'événementiel en solo, est sorti de nulle part et a marché sur une corde raide de motricité efficace sur un terrain dangereux, alors il a commencé à voler des spectacles avec des rideaux. , lui-même sous le premier maillot jaune. Une petite leçon de choses qui ont imprégné chacun de nous d'humilité. À l'envers, comme dans un rêve, le chronologue a vu des signes indiquant que la tournée avait commencé d'une manière étrange et a temporairement éliminé les préjugés. A propos de ce thème  : Dans cette bataille de Copenhague, les Français Thibaut Pinot, Romain Bardet, David Godu et Guillaume Martin, qui devraient être nombreux ( trop) cette année, ont apparemment payé la cotisation. À Pogačar et Roglič, à l'instar des premières sanctions prévisibles et attendues, des dizaines de secondes ont déjà été perdues. Cependant, la tournée ne fait que commencer, et même après 15 jours par semaine, le temps écoulé est le même et le goût est le même 

Jean-Emmanuel Ducoin