Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Fake News politiques au Gabon : Ndemezo’o Obiang en première ligne

Pratique honteuse que celle ayant été mise en évidence avec l’annonce du décès du ministre d’État René Ndemezo’o Obiang. Pas du tout anecdotique, le fait est révélateur d’une méthode déplorable : l’orientation malveillante de l’opinion. Danger ! Dans un contexte où le Gabon se prépare à une élection présidentielle cruciale pour l’avenir de la nation, il est de mauvais aloi que certains activistes politiques n’aient pour armes que la désinformation sur les réseaux sociaux. Haro sur les fake news, les informations fausses et trompeuses, délibérément propagées pour manipuler l’opinion publique.

Avec son directeur de cabinet, René Ndemezo’o Obiang le lundi 22 mai 2023 à son domicile. © D.R.

René Ndemezo’o Obiang, ministre d’État en charge de la Consommation et de la lutte contre la vie chère, a récemment été la cible d’une fausse nouvelle annonçant sa mort, créant ainsi une onde de choc dans les réseaux sociaux gabonais. Au petit matin de ce lundi (22/5/23) cependant, René Ndemezo’o Obiang est rentré à Libreville, en provenance du Maroc où il séjournait depuis le 15 mai dernier. Il a été accueilli par des membres de son cabinet, de son service de sécurité et de sa famille, à l’aéroport international Léon-Mba de Libreville.

Alors qu’il se trouvait au Maroc pour des raisons médicales, certains ont donc prétendu qu’il avait été évacué en urgence sur Paris. Une tentative délibérée de semer la confusion, discréditer le ministre et certainement de saper le moral de ses afficionados. Pire encore, quelques heures après son départ, sa fausse mort a été annoncée, ajoutant un niveau d’angoisse supplémentaire pour sa famille et ses proches. Déplorable que cette pratique de certains activistes politiques et utilisateurs des réseaux sociaux ayant choisi de propager des fausses nouvelles sur la santé et le bien-être d’autrui. Le cas Ndemezo’o Obiang n’est qu’un épiphénomène.

Victoire sur les fake news

Le retour triomphant de René Ndemezo’o Obiang, en pleine forme et souriant, a été un moment de soulagement pour ses partisans et une réfutation claire des fausses nouvelles ayant circulé. Les membres de sa famille et son directeur de cabinet ont même accueilli le ministre d’État avec des chants religieux, exprimant leur gratitude envers Dieu pour sa guérison et sa protection. Toutefois, cette victoire personnelle ne doit pas masquer le problème plus large des fake news qui continuent de se propager et de menacer la stabilité politique du Gabon.

Au moment où le Gabon se prépare à une élection présidentielle, il est crucial de dénoncer fermement l’utilisation des fake news à des fins politiques. Ces tactiques manipulatrices sapent les principes fondamentaux de la démocratie et pourraient porter atteinte à l’intégrité du processus électoral. En propageant des informations fausses et trompeuses, dans un pays où le niveau d’instruction des populations est en dessous de la moyenne mondiale, on cherche à semer la confusion, à influencer l’opinion publique et à discréditer les adversaires. Une menace pour la stabilité politique du pays.

Faits, débat d’idées, respect mutuel…

Il est donc impératif que les autorités gabonaises prennent des mesures rigoureuses pour lutter contre les fake news et punir ceux qui les diffusent délibérément. Il est également essentiel que les citoyens gabonais soient conscients de la menace que représentent les fake news et qu’ils se montrent critiques dans leur consommation des informations. En étant vigilants et en vérifiant les faits avant de partager des informations, les individus peuvent contribuer à limiter la propagation des fausses nouvelles.

La démocratie repose sur la transparence, l’honnêteté et la confiance. Les pratiques de manipulation de l’opinion publique à travers les fake news sapent ces principes fondamentaux et affaiblissent la légitimité des processus électoraux. Les responsables politiques et les candidats doivent s’engager à mener des campagnes électorales basées sur des faits, le débat d’idées et le respect mutuel.

En tout cas, la toute récente rumeur sur la mort de Ndemezo’o Obiang met en évidence l’ampleur de ces tentatives de manipulation de l’opinion publique. La préservation de la démocratie au Gabon passe par la transparence, l’honnêteté et le respect des principes démocratiques.