Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Gabon : Gregory Laccruche Alihanga a pu voir un ophtalmologue

poste par Griffin Ondo Nzuey / 5 mai, 2022

mdas

Atteint de graves complications oculaires que ses avocats attribuent aux rudes conditions de détention auxquelles il serait soumis à la prison centrale de Libreville depuis plus de deux ans, l’ancien maire de la commune d’Akanda a pu consulter un ophtalmologue récemment.

Gregory Laccruche Alihanga, ancien maire d’Akanda. © D.R.

Il y a deux semaines, son état était jugé des plus inquiétants par un de ses avocats Me Anges Kevin Nzigou, qui mettaient en garde l’administration pénitentiaire contre les conséquences irréversibles des rudes conditions de détention auxquelles il serait soumis depuis son placement sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville, en novembre 2019. Cette semaine, des sources informent que Gregory Laccruche Alihanga a enfin pu bénéficier d’une consultation chez l’ophtalmologue. Ses proches veulent croire que cet examen lui permettra de recouvrer totalement la vue dans les prochains jours.

Dans un communiqué, le 20 avril, l’avocat avait en effet informé l’opinion de ce que la vue de l’ancien maire de la commune d’Akanda baissait de jour en jour. Sans nul doute à cause du peu de lumière dont il bénéficiait à la maison d’arrête de la capitale, du fait des longues périodes d’isolement dont il serait soumis, à l’instar de son frère aîné Brice Laccruche Alihanga également soupçonné de détournement de fonds publics dans le cadre de l’opération «Scorpion» et incarcéré depuis novembre 2019 lui aussi.

De même que son frère aîné, ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo, Gregory Laccruche Alihanga ferait face à de graves complications de santé. L’ancien maire de la commune d’Akanda souffrirait en effet d’une maladie oculaire. Son aîné lui aussi devrait bénéficier de consultations médicales, mais à la condition que les prélèvements sanguins qui lui sont proposés par l’administration pénitentiaire se face dans un établissement médical reconnu, «pour éviter que cette prise de sang ne soit qu’une formalité de communication».

GR