Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

L’Appel de Lambaréné : l’USP s’érige contre des élections truquées et contestées

L’Union socialiste progressiste (USP), dont le leader est Henri Mbira Nze, a, dans sa récente déclaration solennelle, baptisée « l’Appel de Lambaréné », attiré l’attention du régime d’Ali Bongo sur la nécessité d’organiser les prochaines élections générales (présidentielle, législatives et locales) dans la transparence pour éviter le chaos.     

« Nous lançons un appel solennel aux partis politiques de la majorité comme de l’opposition, aux acteurs de la société civile, aux religieux et à toutes les personnes de bonne foi et prenons à témoin la communauté nationale et internationale pour la tenue au Gabon d’un scrutin au lendemain apaisé », a lancé au nom du 1er Secrétaire général de l’USP, Yvette Mendame.

L’USP a fait cette déclaration lors de la cérémonie d’installation le 27 mai 2023 du Fédéral de la province du Moyen Ogooué, Nina Koghe. Considérée comme dynamique et expérimentée, cette hiérarque aura la lourde charge de mobiliser les troupes et vulgariser les valeurs du parti progressiste axées sur, « la liberté, la solidarité, l’égalité, la fraternité, l’ouverture et le respect mutuel ».

Dans son appel, l’USP s’est dit préoccupée des différents maux qui minent toute la société gabonaise, plongée dans le désarroi permanent, sans une lueur d’espoir.

« Nous notons avec préoccupation que le droit à la terre et à la propriété sont bafoués dans notre pays ; nous constatons avec regret que l’absence d’une politique de préférence nationale est génératrice de tension, car elle n’est que déni des compétences et des ressources humaines locales », s’est-elle indigné.

Dans son fief politique de Lambaréné comme dans l’ensemble du pays, l’Union socialiste progressiste, n’a pas caché son ambition de participer aux prochaines joutes électorales que le Gabon va organiser avant la fin de l’année 2023 en cours, pour faire bouger les lignes.

Camille Boussoughou