Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

UOB : Hommage au Pr Anaclé Bissielo

Ils étaient nombreux, étudiants, enseignants, personnel de l’administration de l’Université Omar Bongo (UOB) ainsi que la principale autorité du ministère de l’Enseignement supérieur à rendre hommage ce vendredi 26 mai au Pr Anaclé Bissielo décédé le 8 mai dernier à Libreville. Au Parvis du rectorat de l’UOB, la cérémonie d’adieux était marquée de plusieurs discours et des témoignages à l’endroit du disparu.

Patrick Mouguiama Daouda, le ministre de l’Enseignement supérieur posant sa gerbe de fleurs, le 26 mai 2023 à Libreville. © Gabonreview

Décédé le 8 mai dernier à la Clinique S.O.S. Médecin à Libreville, l’enseignant-chercheur au département de sociologie de l’Université Omar Bongo (UOB), Pr Anaclé Bissielo, a eu droit à un hommage de la communauté universitaire, ce vendredi 26 mai 2023.

Cette cérémonie, rehaussée par la présence du ministre de l’Enseignement supérieur Patrick Mouguiama Daouda, s’est déroulée en présence de la famille, des enseignants, des étudiants, du Comité national d’éthique pour la recherche, de l’Union des écrivains gabonais et le rectorat de l’UOB. Ce, afin de permettre à ces derniers de faire leurs adieux à cet universitaire et homme politique qui se faisait appeler «Chief».

Pour le Pr Dimitri Ndombi, ancien étudiant et collègue du disparu, en prononçant son discours à l’adresse de ses collègues et amis des autres départements au sein de l’UOB, et des autres établissements d’enseignement supérieur au Gabon, il sait qu’il ne pouvait pas tout dire sur tout ce qu’ils ont aimé de lui. «Pour notre département, tu étais, à la fois, la vie, le dynamisme, la rigueur intellectuelle, l’amitié, l’écoute, la bienveillance et l’exigence, mais surtout pas la mort», a déclaré Pr Dimitri Ndombi.

Mesmin Noël Soumaho devant la dépouille du Pr Anaclé Bissielo et les invités. © Gabonreview

Selon l’ancien étudiant d’Anaclé Bissielo, pour ses anciens étudiants, les messages sont nombreux, d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud, d’Afrique, à la fois, pour témoigner de la peine profonde et de leur immense reconnaissance. Car sa rigueur scientifique s’est toujours alliée à un sens de l’autre, à une écoute bienveillante et à un souci de la convivialité. « Les nombreux témoignages qui nous sont parvenus confirment tous, ta qualité de pédagogue : écouter, accompagner plus que conduire, conseiller et offrir de nouvelles perspectives de recherche tout en laissant à chacun et chacune la liberté de ses orientations. », a-t-il indiqué, avant d’ajouter : «Tu as su être, pour le département de sociologie un enseignant et un éducateur fertile pour plusieurs générations d’étudiants ; un collègue à l’écoute attentive de ses pairs.»

Pour le recteur de l’UOB, Mesmin Noël Soumaho, parent du défunt, la place qu’Anaclé Bissielo avait prise parmi ceux qui sont les serviteurs passionnés de l’idéal républicain se mesure aux regrets unanimes que le défunt laisse dans leur cœur. Elle se mesure aux témoignages de profonde et douloureuse sympathie qui vont de toute part vers ceux dont l’affection reste à jamais meurtrie. «Puissent ceux qui le pleurent, famille académique et politique, trouver quelque consolation à penser que celui que nous accompagnons ici et maintenant vers la grande paix du dernier sommeil a mérité le plus noble éloge qu’on puisse faire d’un bon citoyen : il fut utile à la Patrie et à la République», a affirmé Mesmin Noël Soumaho.

Les éminentes et solides qualités de son caractère, sa nature franche et loyale lui avaient valu l’estime et la sympathie de tous. Animé du noble désir de se dévouer à ses familles, biologique, sociale, professionnelle et politique, d’un dévouement admirable à toute épreuve, apportant toujours la mesure de sa réelle valeur avec une application exemplaire. «Mais hélas, le destin ne lui a pas permis de réaliser toute sa générosité tournée vers l’idéal de fraternité et de solidarité», regrette le recteur du temple du savoir.

La cérémonie s’est poursuivie par le dépôt des gerbes de fleurs du ministre de l’Enseignement supérieur, du rectorat, de la Faculté des lettres et sciences humaines, du département de sociologie… À la fin de la cérémonie, une procession a eu lieu jusqu’au portail de l’université. Le Pr Anaclé Bissielo sera inhumé le 27 mai au cimetière de Missolo.