Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

30 ans, sur le toit de la Guinée (Par Tibou kamara)

Le 15 septembre, prochain, Ibro Diabaté, l’artiste du peuple, soufflera les 30 bougies de sa vie de créateur, pavée de succès dont il continue à entretenir la flamme dans le ciel guinéen clair-obscur.

Il n’a pas d’égal encore dans sa génération car son immense œuvre n’a pas pris une seule ride et continue à bercer tout le pays. Lui-même, conserve l’énergie de la création et ne connaît pas le déclin des années d’usure et de routine, à une époque où les talents éclosent de partout, mine de rien, et bousculent l’ordre établi, jadis.

Jeune journaliste, passionné des œuvres de génie, j’ai suivi ses pas et, comme tant d’autres, reste fasciné par sa créativité phénoménale, subjugué par son inspiration intarissable, relevant du surnaturel.

Il m’a fait découvrir la vie de nuit de soirées conviviales et féeriques, et m’a initié aux mystères de la liberté artistique défiante et incontrôlable. Pendant que le hasard me transportait sur le sentier sinueux de l’engagement public avec toutes ses servitudes, son horizon artistique était à son comble, plein de promesses. Partout, où il passait, il drainait des foules qui en ont fait un homme écouté et respecté, courtisé aussi.

Les élus de Dieu, s’imposent à tous, et durent dans les mémoires.

Le trentième anniversaire de la carrière de Ibro Diabaté est un hymne à une musique guinéenne qu’il a contribuée à hisser très haut, dont il est un des chantres vivants.  L’occasion est donnée à tous de revisiter le temps et de s’attarder sur des pans oubliés, des fresques marquantes.

Ibro, n’est pas qu’un artiste qui fait de l’art pour l’art, il demeure une lumière qui traverse des cœurs, agonisants ; éclaire des consciences endormies.

Le célébrer devant son public fidèle à lui, fier de son parcours, est une étape dans la reconnaissance éternelle due à tout homme qui dédie sa vie à l’art et fait le bonheur d’anonymes dans les chaumières où derrière les rideaux, beaucoup pleurent dans le silence, en attendant, toutes ces mélodies, qui font tant de bien aux âmes en peine,

Merci, Ibro de continuer à nous rendre heureux, en nous apaisant par tes paroles d’espoir, de sagesse, et d’amour généreux, par tes conseils avisés. Tu nous rends si forts et meilleurs !