Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Ecole nationale des Postes et Télécommunications: les étudiants dans la rue (les raisons)

q«On a droit à une formation », « libérez nôtre terrain », « le développement c’est d’abord nous». Ce sont les slogans que scandaient les étudiants de l’école nationale des Postes et communications de Kipé (ENPT), ce mardi 29 novembre.

Munis de pancartes, ils ont manifesté leur mécontentement pour réclamer leur droit à la formation pratique.

Une réaction motivée par la vente du site sur lequel ils exercent les cours pratiques, par un individu.

«Nous avons remarqué une chose qui devient inquiétante pour nous, cela devient des maux pour nous. Nous les étudiants  de l’enseignement technique, nous sommes purement techniques. Nous sommes appelés à travailler sur les terrains et notre terrain sur lequel nous exerçons on n’arrive plus à le faire. Le terrain nous a été retiré et on nous apprend que c’est un terrain qui a été vendu, pendant que nous ne savons pas qui l’a fait » s’indigne-t-il. Avant de poursuivre en ces termes:  » Pendant les vacances, il y a eu  la visite du président de la transition pendant laquelle ils ont démoli la cour qui se trouve à côté afin que nous nous exercions ici. Mais quand on observe que le terrain a été vendu, on ne comprend vraiment pas pourquoi ça a été vendu. Nous n’avons pas où nous allons nous exercer. C’est pourquoi nous sommes dans la rue aujourd’hui. Puisqu’on a pas un lieu de travail et ici c’est chez l’Etat, on s’installe pour travailler », nous fait savoir Sadou Traoré, le porte-parole du mouvement.

« Depuis des semaines maintenant , nous avons formé un groupe pour aller vers les journaliers sur le chantier et ils nous ont dirigés vers les agents pour les alerter de la situation du site. Si c’est l’Etat qui les envoie, qu’ils nous montrent un document qui l’atteste, sans résultat convaincant.

C’est la seule école des postes et télécommunications en Guinée, pour former les vrais agents, il faut que nous soyons aptes sur le terrain avant de faire face aux travaux professionnels. Ici c’est la seule école professionnelle dans ce domaine et croyez moi l’avenir des agents en dépend, le développement également.

Alors, nous voulons qu’ils nous trouvent un terrain. Qu’ils trouvent la clarté dans cette affaire, la véracité dans la chose».

À en croire le porte-parole des étudiants de l’école nationale des postes et télécommunications, cette  manifestation se poursuivra jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause.

Mayi Cissé