Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Fête du 02 octobre : Pourquoi il y a eu des violences sur l’axe Hamdallaye-Bambéto?

CONAKRY-La célébration de l’an 64 de l’indépendance de la Guinée ce 02 octobre 2022 a été émaillée de violences à certains endroits de la capitale guinéenne. Des échauffourées ont éclaté sur l’Autoroute le Prince notamment sur le tronçon Bambéto-Hamdallaye.

Les heurts ont entrainé la destruction de véhicules dont celui transportant la sono d’un groupe de jeunes carnavaliers. Un pickup de la gendarmerie a été également incendié à Hamdallaye. Si la situation s’est était calmée quelques heures après, beaucoup de spéculations ont été rapportées par rapport à l’origine de ces évènements. Pourquoi des jeunes se sont-ils attaqués au cortège des carnavaliers ? Joint au téléphone ce lundi 3 octobre 2022, le chargé de communication du collectif « AXE224GN », à l’origine de la mobilisation sur l’axe, a donné les raisons. Selon lui, il y a eu incompréhension entre les deux groupes de jeunes.

« Le 02 octobre est une fête nationale pour réaffirmer notre souveraineté nationale, notre liberté. C’est une fête dont tout guinéen doit célébrer et en être fier. C’est dans cette optique que nous nous sommes retrouvés au sein du collectif l’AxeGn64 afin de célébrer l’an 64 de notre indépendance sur l’axe. Il y a eu une forte mobilisation de la jeunesse guinéenne venue de divers horizons pour un mini-carnaval. Au début, on nous a fait croire qu’il y a un défilé au palais et qu’il était sollicité que tout le monde se rende là-bas. La jeunesse a dit que ce n’est pas nécessaire et que chacun pouvait faire la fête là où il est.

Alors, on a commencé le carnaval. C’est arrivé à Gnari-Wada, qu’il y avait un petit souci. Là-bas, il y avait un groupe de jeunes qui a reçu des informations selon lesquelles les autorités ont donné de l’argent aux jeunes de l’Axe afin qu’ils participent à la célébration au niveau du palais et qu’eux ils n’ont pas reçu leur part de cet argent. Malheureusement, il y a eu incompréhension, le bus a été caillassé. Mais on a tout de même réussi à les calmer, à les cadrer et leur expliquer notre démarche. Les forces de l’ordre lançaient des gaz lacrymogènes, mais on s’est compris.

Les jeunes ont finalement compris, ils ont rejoint le mouvement. Ce sont eux-mêmes qui nous ont aidés à pousser le bus et à l’épargner définitivement. A partir de là-bas, d’ailleurs s’est replié pour le carnaval et on est revenu au Rond-point de Bambéto pour le concert qui était prévu à cet endroit. Il y a eu une forte mobilisation et on a fait la fête de la plus belle manière jusqu’aux bandes de 18heures », a expliqué Hassane Kolla Diallo.

Par rapport au pickup up de la gendarmerie qui a été calciné au niveau de Hamdallaye, notre interlocuteur dit ignorer ce qui s’est passé à cet endroit. Il ajoute toutefois qu’il y a eu quelques blessés suites aux jets de pierres.

« Il y a eu quelques blessés, mais pour ce qui est des cas d’arrestations, nous n’avons pas encore fait le bilan des évènements. Mais toujours est-il qu’à 18heures, au moment où on était en train de démonter le podium à Bambéto, on a soudainement entendu des tirs. C’est quelque chose qui nous a paniqués et c’est vraiment regrettable car on avait commencé dans de bonnes conditions et on voulait que ça se termine sans incidents. Et, heureusement, jusqu’à date, nous n’avons pas été informés des cas de blessés par balles suite à ces tirs. Nous allons tenir une réunion technique pour faire un rapport global de ce qui s’est passé », a ajouté Hassane Kolla Diallo.

Toutes nos tentatives pour avoir le chargé de communication adjoint du haut commandement de la Gendarmerie nationale sont restées sans suite. Le colonel Mory Kaba, porte-parole de la police que nous avons pu joindre au téléphone a déclaré qu’aucun bilan n’a encore été fourni pour les évènements d’hier.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28