Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Incendie à Lille [France]- Le père de Kèlèti parle : « je suis devasté. Mon fils avait bravé la mer pour être en Europe »

Nous vous l’annoncions. La mort du jeune guinéen Kèlèti Kéita, mari de Fatoumata Camara -elle-même décédée avec son nourrisson de dix mois dans les flammes,  il y a de cela 3 semaines, dans le quartier des Épis à Sin-le-Noble à Lille, en France est accueillie dans la douleur par sa famille en Guinée.

Ce mercredi, 5 octobre 2022, le père du défunt s’est exprimé à Mediaguinée.com. Mamoudou Kéïta que nous avons rencontré au quartier Banlieue de Kindia se dit devasté par la mort de son fils, de sa femme et de son enfant de moins d’un an dans un violent incendie le 16 septembre dernier..

Cet incendie meurtrier s’est déclaré le 16 septembre dernier au 6ème étage d’un immeuble, à Lille en république française. Fatoumata Camara, femme de Kèlèti Kéïta et son nourrisson ont tous péri dans les flammes. Son père dans un désarroi total revient sur ce drame. « Il y a un incendie qui s’est déclaré dans leur appartement en France, plus précisément à Lille. L’incendie s’est déclaré dans une chambre où se trouvaient son épouse et son dernier fils. Lui était avec les autres enfants, il s’est précipité dans la chambre pour pouvoir sauver sa femme et son garçon. Donc c’est là où le feu l’a pris. Enfin de compte, les pompiers sont venus pour les extraire dans l’immeuble, ils étaient au 6ème étage, sa femme et son bébé ont été calcinés. »,  a d’abord expliqué Mamoudou Keïta.

Après l’incendie, Kèlèti Keïta a été admis dans une structure hospitalière pour des soins. Selon une chaîne française qui a cité un médecin, le défunt, âgé d’une trentaine d’années, a été grièvement blessé et « brûlé à 80%. Finalement, c’est dans la nuit d’hier, que ce natif du quartier Banlieue, dans la commune urbaine de Kindia, a succombé à ses blessures. Son père se dit aujourd’hui devasté par cette mort tragique. « C’est mon fils aîné, moi je suis sous-préfet et maintenant je suis à Kindia, c’était lui l’espoir pour assurer la relève. Il était à l’hôpital après l’incendie, c’est d’ailleurs la troisième semaine. Malheureusement, il n’a pas pu tenir le coup, c’est ce matin à 5 heures du matin, on m’a appelé qu’il est décédé. Les mots me manquent pour pouvoir dire ce que je ressens, là où je suis comme ça , je suis devasté par ce drame. », dit-il.

Lors de l’incendie, l’une des filles de ce jeune diplômé en technologie a survécu. « C’est quelqu’un qui a fini ses études à l’université de Mamou. Il est resté un bon moment, il faisait taximoto, c’est par la suite il est parti en Libye, il a bravé la mer et s’est rendu en Italie où il a fait deux ans. Finalement, il est allé vers la France. Il a une fille aussi qui a été brûlé mais elle a été sauvée. Nous n’avons pas tellement d’éléments comment est-ce  que l’incendie s’est déclaré ? Selon les dernières nouvelles, les enquêtes sont en cours pour déterminer l’origine de l’incident », ajoute-t-il.

Selon le père du defunt, les mesures sont prises pour rapatrier dans les jours à venir le corps de Kèlèti Keïta, sa femme Fatoumata Camara et leur dernier garçon pour leur inhumation.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

+224 623 08 09 10