Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

La Cédéao décide de créer une force régionale face au jihadisme et aux coups d’Etat

Les dirigeants ouest-africains ont décidé pour le financement de ne pas s’en remettre uniquement aux contributions volontaires qui ont déjà montré leurs limites, a-t-il dit sans plus de précisions.

Ils se sont aussi penchés sur la situation politique au Mali, au Burkina Faso et en Guinée.

La Cédéao, inquiète d’instabilité et de contagion, fait pression depuis des mois pour un retour aussi rapide que possible des civils à la tête de ces pays, dont deux, le Mali et le Burkina, sont gravement ébranlés par la propagation jihadiste. Le Mali et le Burkina ont été le théâtre de deux putsch en l’espace de moins d’un an.

– Sérieuses inquiétudes » –

Les trois pays sont suspendus des organes décisionnels de la Cédéao.

Les militaires se sont engagés sous la pression à céder la place au bout de deux ans et d’une période dite de transition au cours de laquelle ils disent tous vouloir « refonder » leur Etat.

Les dirigeants ouest-africains ont examiné les actes accomplis par les uns et les autres sur la voie de ce qu’ils appellent un « retour à l’ordre constitutionnel ».

Au Mali, « Il faut absolument que l’ordre constitutionnel revienne dans les délais prévus », a dit M. Touray. Si les militaires maliens respectent l’échéance annoncée de mars 2024 après des mois de confrontation politique avec la Cédéao et un sévère embargo commercial et financier aujourd’hui levé, la « transition » aura en fait duré trois ans et demi.

En Guinée, M. Touray a pressé la junte d’associer « immédiatement » et « sans exception » les partis politiques et la société civile au processus devant ramener les civils au pouvoir.

Les principaux partis et une bonne partie de la société civile boycottent l’offre de dialogue de la junte. Si ce dialogue n’est pas possible en Guinée même, la junte doit examiner la possibilité qu’il ait lieu dans un autre pays de la Cédéao, a dit M. Touray.

Quant au Burkina, M. Touray a exprimé « les sérieuses inquiétudes » de la Cédéao devant l’évolution sécuritaire et la crise humanitaire. Il a affirmé la volonté de la Cédéao de soutenir le Burkina.

AFP