Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Procès du 28 septembre : aussitôt comparu, Dadis se plaint d’une maladie, l’audience reportée 

«Je ne me sens pas bien,  monsieur le Président »

Le procès des événements du 28 septembre 2009 a repris ce 5 décembre 2022 au tribunal criminel de Dixinn délocalisé dans l’enceinte de la Cour d’appel de Conakry. Après un bref interrogatoire du Colonel Claude Pivi par son avocat, le président du tribunal, à la surprise générale, a appelé à la barre Moussa Dadis Camara, ancien chef de la junte.

« Monsieur le président, avec votre permission, je ne voudrais pas faire certains détails, je suis un officier d’Etat major, nous sommes faits pour la guerre et nous sommes faits pour la prison. Seulement que mon état de santé, avec tout, le respect que j’ai pour votre auguste tribunal, j’en ai déjà informé le directeur de la garde pénitentiaire, le médecin chef. Depuis un très bon moment je souffre et j’en ai déjà informé les avocats sauf votre respect, si effectivement vous m’obligez, monsieur le président, je ne suis pas au dessus de la loi, si vous m’obligez je pourrais essayer d’être à votre entière disposition. Mais en toute sincérité, je ne me sens pas pour le moment, absolument pas bien. Mais je m’en remets à votre sagesse, je n’ai pas le choix », a-t-il expliqué au tribunal dès qu’il est venu à la barre.

Le président du tribunal, Ibrahima Sory Tounkara, lui a demandé s’il ne pouvait pas s’adresser au tribunal pour dire sa part de vérité : « Vous n’êtes pas en mesure de vous adresser ai tribunal ? Vous n’êtes pas en mesure de donner votre part de vérité? »

« Maintenant-là, non », a-t-il répondu. 

Quand il lui a demandé quand est-ce qu’il va être prêt, il dit qu’il ne peut pas donner de délai : « Monsieur le président, je vais simplement vous dire monsieur le président, si depuis plus de treize ans, je me suis battu corps et âme jusqu’à ce que je sois devant votre auguste tribunal, les jours à venir par la grâce de Dieu, je serai là devant les éminents magistrats pour dire ma part de vérité, mais vous dire un ou deux jours, je ne suis pas un homme qui aime mentir. Je vais vous dire simplement monsieur le président, dès lors que je vais m’établir je suis même plus pressé monsieur le président, en toute sincérité. »

À la question de savoir de quoi il souffre, puisqu’aucun dossier médical n’a été présenté au tribunal, Dadis Camara dit qu’il souffre du palu: « Bon, j’ai un affaiblissement total, avec le palu que j’ai eu. »

« Je suis obligé de vous informer que le ministère public nous a fait parvenir une information vous concernant, ça fait un peu longtemps et à cet effet, je ne sais pas si c’était vous ou vos conseils, il avait été demandé trois semaines et ces trois semaines sont épuisées. C’est pourquoi je vous demande de quoi vous souffrez », rappelle à Dadis, le président du tribunal.

L’ancien chef de la junte répond en disant: « Je voudrais, monsieur le président, avec tout le respect que j’ai pour votre auguste tribunal, vous dire que je ne suis pas en forme en toute sincérité et si dans moins d’une semaine, je peux être devant votre auguste tribunal, ce serait encore mieux pour moi. Mais vous dire une date, je ne suis pas Dieu. »

L’audience a été renvoyée au 12 décembre prochain pour la suite des débats.