Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Siguiri : Le rpg demande la restitution des corps des victimes du Coup d’Etat et le départ de la junte au pouvoir

Correspondant à Siguiri, Haute Guinée

« Le 5 septembre est une journée de recueillement pour nous. Un jour où Mamadi Doumbouya a pris les armes contre nous, tuer nos frères, et chasser de force notre président Alpha Condé de son pouvoir légal. Nous demandons la restitution des corps de nos frères tués par Mamadi Doumbouya et sa suite. Ensuite, nous lui demandons de quitter car la transition est en déroute (…). »

L’an 2 de l’arrivée du Cnrd au pouvoir a été diversement célébré à Siguiri, capitale du Manden et fief incontestable de l’ancien parti au pouvoir, le rpg arc-en-ciel.

A cette occasion, le rpg s’est mobilisé au QG de son parti tandis qu’au camp d’infanterie, on célébrait ce deuxième anniversaire avec faste.  Si dans ce camp d’infanterie, les forces de défense et de sécurité en présence des autorités locales ont fait une lecture du Saint coran pour la paix et la quiétude sociale, le rpg, de son côté, a manifesté et réclamé le départ du Cnrd au pouvoir.

Le colonel Abdoulaye Touré, commandant de camp d’infanterie de Siguiri est resté ferme dans sa brève allocution : « Il n’y a pas de défilé à cause du respect de la consigne donnée par la hiérarchie. C’est juste la lecture du saint coran. Celui qui va en ville et fait autre chose, je te dépose à Conakry sans tarder. »

Par ailleurs, au QG du rpg arc-en-ciel dans la concession de l’ex ministre des Transports, Elhadj Tidjane Traoré, les militants du RPG ont fait une forte mobilisation pour demander la restitution des corps des victimes du coup d’état du 5 septembre et le départ de la junte au pouvoir.

Adama Cissé, secrétaire général du rpg arc-en-ciel à Siguiri : « Le 5 septembre est une journée de recueillement pour nous. Un jour où Mamadi Doumbouya a pris les armes contre nous, tuer nos frères, et chasser de force notre président Alpha Condé de son pouvoir légal. Nous demandons la restitution des corps de nos frères tués par Mamadi Doumbouya et sa suite. Ensuite, nous lui demandons de quitter car la transition est en déroute (…). »