Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Armée : le service volontaire passe de 3 à 4 ans

L’armée s’ouvre aux détenteurs d’un diplôme de fin d’études secondaires ou d’un bachelor. (photo archives LQ)

Le cadre légal voulu plus moderne vise à renforcer l’opérationnalité et la réactivité de l’armée luxembourgeoise. Un accent est mis sur le recrutement et l’attractivité des carrières.

C’est notamment Gusty Graas (DP) qui a dit regretter que le débat autour de la nouvelle loi sur l’organisation de l’armée s’est limité, avant le vote de vendredi dernier, à la polémique concernant le système d’appréciation. «Les autres points énormément importants de ce bon texte de loi ne doivent pas être passés sous silence», a souligné le député libéral.

Il est à souligner que le projet de loi, mis à part l’article sur le système d’appréciation, a été adopté par 56 voix et quatre abstentions. «Il est important que l’armée ressente un grand soutien de la part de la Chambre», a fait remarquer le ministre de la Défense, François Bausch.

Le principal objectif du nouveau cadre légal est d’améliorer l’opérationnalité et la réactivité de l’armée grand-ducale, à l’échelle à la fois nationale et internationale. «L’armée doit faire face à des défis actuels et futurs, notamment en termes de recrutement de personnel militaire, si elle veut mener à bien des missions toujours plus nombreuses et diversifiées», résume Stéphanie Empain (déi gréng), venue présenter les contours du projet de loi.

Quels sont les principaux changements? Un accent particulier est mis sur le recrutement et l’attractivité des carrières. Plus concrètement, la durée du service volontaire va passer de 3 à 4 ans, avec l’option de prolonger son engagement de 5 ans supplémentaires. La limite d’âge pour le recrutement est abolie. L’armée s’ouvre aussi aux détenteurs d’un diplôme de fin d’études secondaires ou d’un bachelor. Des civils hautement qualifiés pourront aussi être recrutés sans devoir disposer d’une formation militaire complète. En outre, une voie express pour les militaires de carrière est introduite, afin de leur permettre d’accéder à un groupe de traitement supérieur.

La loi introduit aussi une nouvelle structure permettant de passer d’une armée de terre pure à une armée disposant de capacités dans les différents domaines opérationnels «Terre», «Air», «Cyber» et «Espace».

«Permettre à l’armée de préparer l’avenir»

«Le nouveau cadre légal doit permettre à l’armée de préparer l’avenir», souligne Stéphanie Empain, qui défend notamment la prolongation de la durée du service volontaire : «L’instruction de base dure plus longtemps, elle est aussi devenue plus exigeante. La durée d’engagement, notamment dans le cadre des missions de l’OTAN, est plus importante que lors des missions de maintien de la paix. Au lieu de former un soldat pour l’envoyer une seule fois en mission, il est préférable de le maintenir jusqu’à neuf ans dans l’effectif.»

Au contraire du CSV, déi Lénk et le Parti pirate doutent que la nouvelle loi puisse vraiment augmenter l’attractivité de l’armée. Le ministre François Bausch annonce qu’un groupe de travail est déjà en place pour évaluer dans quelle mesure le statut du soldat peut encore être revalorisé. Les syndicats sont impliqués dans ces réflexions.