Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Chèques-service, bourses d’études : tout sur les aides financières de cette rentrée

L’allocation de rentrée scolaire a été versée à tous les bénéficiaires des allocations familiales fin août. 

En plus de la gratuité de certains services, les familles peuvent prétendre à de nombreuses aides financières versées par l’État pour faire face aux dépenses liées à la garde de leurs enfants puis leur scolarité, de la crèche jusqu’à l’université.

Dès l’entrée en crèche et jusqu’à la fin des études supérieures de leurs enfants, les familles résidentes tout comme les travailleurs frontaliers ont droit à une série d’aides financières versées sous différentes formes au fil de la scolarité.

Le chèque-service accueil

Avant l’âge de l’école, les parents de petits inscrits dans un service d’éducation et d’accueil (SEA) reconnu par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, dans une mini-crèche privée, ou pris en charge par un assistant parental détenteur d’un agrément, peuvent bénéficier du chèque-service accueil (CSA).

Ce système, qui nécessite une adhésion, permet de réduire considérablement les frais à la charge des parents pour la garde de leurs enfants, selon un barème établi en fonction des revenus du ménage mais aussi du rang de l’enfant dans la fratrie et du type de structure fréquentée.

La participation financière de l’État est plafonnée à 60 heures par semaine, à 6 euros/heure pour l’accueil en SEA, et à 3,75 euros/heure pour l’accueil par un assistant parental. Le reste étant à la charge des parents. À noter que 20 heures gratuites sont attribuées aux enfants de 1 à 4 ans, et que pendant les vacances scolaires, le montant maximum à régler par les parents est limité à 100 euros par semaine.

Pour adhérer au service, il suffit aux résidents de se présenter à la commune, et aux frontaliers de contacter la Caisse pour l’avenir des enfants (CAE). Les CSA sont valables de 0 à 12 ans et couvrent également les prestations des maisons relais et des foyers scolaires en dehors des heures de classe.

Les allocations familiales

Elles soutiennent les familles dans leurs dépenses quotidiennes liées à l’entretien des enfants et sont ouvertes aux résidents et aux travailleurs frontaliers.

Dès la naissance et jusqu’à l’âge de 18 ans – voire plus si le jeune majeur est encore inscrit dans l’enseignement secondaire – une aide mensuelle de 299,86 euros est allouée pour chaque enfant de 0 à 5 ans. Elle passe ensuite à 322,53 euros entre 6 et 11 ans, puis à 356,43 euros à partir de 12 ans. 

La demande est à effectuer auprès de la CAE, pour les résidents comme pour les frontaliers. Les enfants du conjoint ou du partenaire de PACS du travailleur frontalier peuvent être éligibles à cette aide, à condition de prouver que celui-ci assume leur charge et pourvoit à leur entretien. Mais dans les faits, de nombreuses demandes sont rejetées.

L’allocation de rentrée scolaire

Versée par la CAE chaque été, à la fin du mois d’août, en même temps que les allocations familiales, l’allocation de rentrée offre un vrai coup de pouce aux familles au moment de remplir les cartables de fournitures.

Son montant est fixe par enfant et varie selon l’âge : elle atteint ainsi 115 euros pour un élève de 6 ans et plus, et 235 pour un adolescent de 12 ans et plus. Les parents la perçoivent d’office, sans démarche particulière, et elle n’est pas conditionnée aux revenus.

Attention, si votre enfant est né en fin d’année et entre donc au deuxième cycle de l’enseignement fondamental – en primaire pour les petits Français – sans avoir six ans accomplis au 15 septembre, un certificat scolaire est à envoyer à la CAE qui procèdera au paiement. 

Les bourses d’études

En cas d’études supérieures, le système de bourse prend le relais des allocations familiales qui s’achèvent automatiquement au mois de juillet de l’année où le jeune atteint sa majorité. Instauré en 2010, ce soutien financier semestriel, nommé «AideFi» se divise en plusieurs composantes cumulables :

  • la bourse de base, accordée d’office, soir 1 199 euros
  • un complément sur critères sociaux, jusqu’à 2 321 euros
  • un bonus mobilité si l’étudiant a dû prendre un logement à l’étranger, 1 491 euros
  • un complément de 287 euros si un autre enfant du ménage fait aussi des études supérieures
  • la possibilité de contracter un prêt étudiant à un taux de 2 %
  • et une participation aux frais d’inscription, dans la limite de 3 800 euros, versée à 50% sous forme de bourse, et 50% sous forme de prêt.

Bon à savoir : l’aide financière totale peut être estimée en ligne grâce à un simulateur.

La demande est à renouveler chaque semestre et se fait directement en ligne via myGuichet.lu – attention aux délais applicables. Pour le semestre d’hiver, les formulaires sont ainsi à déposer avant le 30 novembre.