Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

[Cyclisme] Le Tour dans le viseur

Kevin Geniets va mettre beaucoup d’application dans le Dauphiné où il avait bien figuré l’an passé.

Le Dauphiné qui s’élance dimanche avec le Luxembourgeois Kevin Geniets (Groupama-FDJ) est une répétition grandeur nature du Tour de France, cela ne fait aucun doute, en dépit de l’absence d’un certain Tadej Pogacar.

Qui dit Dauphiné dit presque forcément Tour de France, les chiffres ne mentent pas sur cet axiome. Ils sont même édifiants même si pour le coup, l’an passé, Tadej Pogacar s’était reclus sur son Tour de Slovénie pour remporter son deuxième Tour de France d’affilée, ce qui n’était pas le cas en 2020, pour son premier sacre. Il était alors en effet passé par le Dauphiné, alors décalé à la mi-août, juste avant la Grande Boucle.

Cette préparation slovène lui avait tellement plu et surtout parfaitement réussi que Tadej Pogacar n’est de nouveau pas présent dans ce Dauphiné qui s’élance ce dimanche de La Voulte-sur-Rhône avec un parcours classique dans son cheminement. Des premières étapes promises aux sprinteurs ou aux hommes forts, et dans ce contexte, on peut penser que Wout Van Aert n’hésite pas à se lancer guidon en avant dans cette chasse aux succès d’étapes (l’an passé sur le Tour de France, le coureur belge s’était imposé à trois reprises sans avoir participé au préalable au Dauphiné).

Jumbo-Visma en impose

Du coup, le champ paraît libre pour ce Dauphiné à cette équipe Jumbo-Visma qu’on voit d’ici assez largement dominer la course. Le duo Primoz Roglic-Jonas Vingegaard n’a pas de concurrence apparente sur ce Dauphiné, mais bien sûr, on a quand même hâte de voir une autre doublette, en modèle réduit, ce n’est pas leur faire injure. On pense ici au duo Gaudu-Storer que l’équipe Groupama-FDJ se propose d’aligner.

«Le mot d’ordre est de ne rien s’interdire que ce soit pour le général ou pour les étapes. David Gaudu s’est rassuré sur la Mercan’Tour Classic mais on sait qu’il manque de compétition, il n’avait pas couru depuis le Pays basque. C’est à double tranchant : il peut manquer de rythme comme il peut avoir cette fraîcheur supplémentaire. Michael Storer a fait un très bon général sur le Tour des Alpes, mais il est tombé malade sur le Romandie. Pour tous, c’est une course de préparation en vue du Tour de France, ce qui ne nous empêche pas d’être ambitieux au départ», glisse ainsi Frédéric Guesdon, le directeur sportif de Groupama-FDJ.

David Gaudu ne dit d’ailleurs pas autrement : «J’aborde le Dauphiné avec un peu plus de sérénité après la Mercan’Tour, les jambes tournaient vraiment bien. L’objectif principal est de peaufiner la forme en vue du Tour de France même si j’ai forcément le classement général en tête. Nous avons une très belle équipe et je pense que chacun de nous peut tirer son épingle du jeu sur une étape. C’est un Dauphiné qui s’annonce très ouvert, à nous d’en profiter.»

Deuxième participation pour Geniets

Nous en venons naturellement et sans plus tarder à Kevin Geniets. On le sait depuis une quinzaine de jours, l’intéressé se trouve lui aussi en mode Tour de France. Il figure parmi la dizaine de coureurs présélectionnés pour le Tour. Il a poursuivi sa préparation chez lui en Savoie après le stage d’altitude à Tenerife où le groupe s’est entraîné sur les flancs du volcan Teide.

«J’espère que je serai au Tour de France et je me prépare dans cette optique. Je me concentre là-dessus, donc je n’ai pas de deuxième solution dans la tête, je bosse fort pour ça, il n’y a pas d’alternative pour le moment», nous expliquait-il alors. La situation n’a pas changé, simplement, un bon Dauphiné validerait encore plus rapidement sa sélection. Le champion national n’est plus très loin à 25 ans d’un premier succès international de premier plan. Pourquoi pas une étape sur ce Dauphiné?

Venons-en enfin au parcours. Parce que si souvent, les hommes du Tour aiment monter en puissance sur les routes du Dapuhiné c’est aussi qu’il s’agit d’un concentré de Grande Boucle avec c’est son point fort, pas moins de 26 cols à escalader au total. Et surtout cette avant-dernière étape qui reprend la quasi totalité du parcours de l’étape reine du prochain Tour (avec les deux géants alpestres, le Galibier par le Lautaret, et la Croix-de-Fer). Mais avec cette différence que l’ascension finale se conclura à Vaujany au lieu de l’Alpe d’Huez.

Enfin, la dernière étape se terminera au plateau de Solaison, comme en 2017, lors de la victoire du Danois Jakob Fuglsang. Pas une balade de santé…

Mode d’emploi

Les étapes :

5 juin : 1re étape La Voulte-sur-Rhône (Ardèche) – Beauchastel (Ardèche), 191,8 km

6 juin : 2e étape Saint-Péray (Ardèche) – Brives-Charensac (Haute-Loire), 169,8 km

7 juin : 3e étape Saint-Paulien (Haute-Loire) – Chastreix-Sancy (Puy-de-Dôme), 164 km

8 juin : 4e étape Montbrison (Loire) – La Bâtie d’Urfé (Loire), 31,9 km (c.l.m.)

9 juin : 5e étape Thizy-les-Bourgs (Rhône) – Chaintré (Saône-et-Loire), 162,3 km

10 juin : 6e étape Rives (Isère) – Gap (Hautes-Alpes), 196,4 km

11 juin : 7e étape Saint-Chaffrey (Hautes-Alpes) – Vaujany (Isère), 134,8 km

12 juin : 8e étape Saint-Alban-Leysse (Savoie) – Plateau de Solaison (Haute-Savoie), 139,2 km

Les principaux engagés :

Groenewegen, Jansen (BikeExchange), Teuns, Caruso, Haig (Bahrain), Huys, Bakelants, Hirt, Meintjes (Intermarché-Wanty), Vanhoucke, Cras (Lotto Soudal), Cavagna, Bagioli, Steimle (Quick-Step), O’Connor, Van Avermaet, Naesen, Paret-Peintre, Bouchard, Dewulf (AG2R-Citroën), Rolland, Mozzato (B&B), Geschke, Lafay, Thomas( Cofidis), Gaudu, Storer, Armirail, Madouas, Geniets (Groupama-FDJ), Barguil (Arkéa-Samsic), Boasson-Hagen, Vuillermoz (TotalEnergies), Kelderman, Konrad, Meeus, Politt, Postelberger (Bora), Amador, Ganna, Kwiatkowski, Hayter, De plus, Geoghegan Hart (Ineos), Froome (Israel), Zeits, De Bod (Astana), Vermaerke (DSM), Roglic, Van Aert, Benoot, Vingegaard, Kruijswijk, Dennis, Laporte (Jumbo-Visma), Mas, Muhlberger, Verona, Jorgenson (Movistar), McNulty, Majka, Bennet, Ayuso (UAE), Stuyven, Elissonde (Trek-Segafredo), Chaves, Padun, Guerreiro (EF Education), Johannessen (Uno-X).

Les favoris : Roglic, Vingegaard, Haig, Storer, Gaudu, O’Connor, Mas, McNulty, Kelderman, Chaves

Derniers vainqueurs :

2021 : Richie Porte (AUS)

2020 : Daniel Martinez (COL)

2019 : Jakob Fuglsang (DAN)

2018 : Geraint Thomas (GBR)

2017 : Jakob Fuglsang (DAN)

2016 : Chris Froome (GBR)

2015 : Chris Froome (GBR)

2014 : Andrew Talansky (USA)

2013 : Chris Froome (GBR)

2012 : Bradley Wiggins (GBR)