Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Destination, coût, durée : les vacances des Luxembourgeois décryptées

Combien de voyages faites-vous chaque année ? Quelles sont vos destinations favorites ? Combien coûte un séjour ? Le Statec s’est penché sur les vacances des Luxembourgeois et livre son analyse. Voici les six points à retenir.

Vous voyagez de plus en plus

Sans surprise après plusieurs années de crise sanitaire, vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir prendre le large. En 2022, les résidents ont ainsi effectué 3 millions de déplacements pour près de 20 millions de nuitées à l’étranger, soit 30% de plus par rapport à l’année 2019, avant pandémie.

Les séjours de vacances constituent la grande majorité de l’ensemble des déplacements, 53 %, tandis que les visites familiales et amicales, dans un pays à forte immigration, représentent une deuxième part très importante, 32 %. Les 4 % restant sont des déplacements effectués pour des motifs variés tels que les déplacements liés à la santé, à la religion ou à l’éducation.

Les résidents du pays ont passé, en moyenne, 36 nuitées en dehors de leur domicile, en raison d’un déplacement ou un voyage de loisirs. Ce résultat, qui constitue une moyenne pour l’ensemble des résidents, inclus des séjours de très longue durée.

Plus d’un quart des séjours sont des séjours de 10 nuitées et plus, 5 % des séjours de plus de 2,5 semaines, et 3 % de plus de 4 semaines. On retrouve, parmi les voyageurs de longue durée, surtout des étudiants, des retraités et des résidents d’origine étrangère, précise l’institut.

Mais comment expliquer cette augmentation importante des pratiques touristiques ? Pour le Statec, plusieurs explications s’imposent : «Les années 2020 et 2021, perturbées par les restrictions dues à la crise sanitaire, ont permis aux résidents d’accumuler de l’épargne. En 2022, l’ensemble des restrictions liées à la crise sanitaire étant levée, les résidents ont pu à nouveau profiter de l’offre touristique dans son ensemble et opérer un rattrapage quant à des séjours n’ayant pu avoir lieu en 2020 et 2021.»

Le télétravail serait également un facteur important, puisqu’il permet davantage de flexibilité dans les déplacements, d’anticipation dans les départs ou la possibilité de prolonger les séjours en y incluant des journées de télétravail. «Reste à voir si cette progression se confirmera en 2023», appuie le Statec.

La reprise des déplacements professionnels est beaucoup plus lente que celle des voyages de loisirs. En 2022, le niveau du tourisme d’affaires est toujours en-dessous du niveau observé en 2019.

Le nombre de séjours est inférieur de 37 % et le nombre de nuitées de 22 %. Le nombre moyen de déplacements professionnels par résident en emploi est passé de 1,9 à 1,1 en 3 ans et le nombre total de nuitées, de 6 à 5 sur la même période.

Par contre, la durée moyenne d’un voyage d’affaires s’est allongée, passant de 3,4 à 4,2 nuitées sur la même période. Le tourisme d’affaires a fortement chuté suite à la crise sanitaire. La part d’actifs effectuant des déplacements pour affaires est passé de 38 % en 2019 à 26-27 % en 2020 et 2021, et a encore reculé à 23 % en 2022.

Bien que le recul soit faible, la tendance reste néanmoins inattendue. Un-tiers des actifs qui participaient à des voyages d’affaires en 2019 ne voyagent donc plus en 2022.

Les plus aisés (et jeunes) voyagent davantage

Cette donnée ne surprendra personne. Plus votre niveau de vie est aisé, plus il est facile de voyager. Le Statec note de «fortes disparités de pratiques touristiques au sein de la population résidente» : le revenu et l’âge avancé en sont les deux raisons principales.

Les foyers aux revenus les plus élevés voyagent deux fois plus que les moins aisés : comptez en moyenne 50 nuitées par an pour les uns, contre 28 pour les autres.

La non-participation au tourisme, c’est-à-dire le fait de n’avoir fait aucun séjour de loisirs au cours d’une année, est égale à 17 % en 2022. Si le niveau de vie entre là aussi en compte, c’est surtout l’âge qui joue un rôle central. «La non-participation augmente de 10 % à chaque cinquième anniversaire : 22 % des résidents âgés de 65 à 69 ans n’ont pas voyagé en 2022, contre 32 % des résidents âgés de 70 à 74 ans, 41 % des résidents de 75 à 79 ans et 53 % des résidents âgés de 80 à 84 ans.» C’est simple, plus vous vieillissez, moins vous voyagez.

L’Europe reste votre destination favorite

Les Luxembourgeois sont europhiles et continuent de le prouver. L’an passé, près de 93 % des voyages de loisirs ont eu lieu en Europe, un niveau similaire à celui d’avant la crise sanitaire. Sans surprise, les pays les plus visités par les résidents sont les pays frontaliers.

La France est seule en tête avec 23 % des séjours. L’Allemagne accueille 11 % des séjours. La Belgique est la 3e destination préférée des résidents (8 %) mais 3 autres pays sont très proches : l’Italie, l’Espagne et le Portugal (7 à 8 % chacun). Enfin, derrière ces 6 destinations prisées, il existe de nombreuses autres destinations, essentiellement européennes. Le choix est vaste et les résidents en profitent.

La ville fait partie intégrante de vos vacances : en 2022, 50 % des séjours se sont déroulés, au moins en partie, en ville. Mais vous aimez aussi retrouver les bords de mer (33 %) ou la campagne (25 %). La montagne en revanche, est moins plébiscitée (13 %).

Les destinations phares en dehors de l’Europe sont les Emirats Arabes Unis, l’Egypte et les Etats-Unis.

Pour le tourisme d’affaires (comme pour le tourisme de loisirs), les 3 pays frontaliers constituent les destinations les plus fréquentes en 2022, la France en tête (21 %), suivie par l’Allemagne (18 %) et la Belgique (11 %).

Cinq pays, qui accueillent chacun 5 à 7 % des séjours, se positionnent derrière le trio de tête : le Royaume-Uni, l’Italie, le Portugal, l’Espagne et la Suisse.

Ensuite, 8 % des séjours se déroulent en dehors de l’Europe, dont 5 % en Amérique (3 % aux USA). En 2019, c’est sur le continent asiatique que les résidents en emploi voyageaient le plus (7 % des séjours dont 3 % en Chine).

Vous préférez voyager en voiture

Les Luxembourgeois aiment la voiture, même en vacances. Le Statec révèle en effet que les déplacements en voiture sont majoritaires pour se rendre en vacances. En 2022, 54 % des déplacements de loisirs ont été effectués en voiture privée, soit 5 points de plus qu’en 2019.

A l’inverse, 35 % des déplacements ont lieu en avion en 2022 contre 41 % en 2019. Si la part du transport aérien est en recul, en valeur absolue, on observe une augmentation du transport aérien, les résidents ayant réalisé 940 000 déplacements en avion en 2022 contre 840 000 en 2019, soit une progression de 12 % en 3 ans.

Les déplacements en train et en bus sont marginaux (respectivement 6 % et 2 %). Forcément, puisque la majorité des séjours se font dans des pays frontaliers, la voiture semble être le moyen de transport le plus adéquat. 87 % des déplacements en Belgique se font en voiture contre 78 % des séjours en Allemagne, 74 % des séjours en France, 43 % des séjours en Italie et 21 % des séjours au Portugal.

En voyage de loisirs, le moyen de transport numéro 1 est l’avion (48 %). La voiture est le deuxième moyen de transport le plus utilisé (33 %), loin devant le train (11 %). La crise sanitaire avait modifié la distribution des moyens de transport, la voiture se plaçant alors en première position, mais ce n’est plus le cas en 2022.

L’hôtel est l’hébergement favori des résidents en déplacement (l’hôtel, y compris : chambres d’hôtes, Bed & Breakfast et équivalents), mais près de 36% des séjours ont aussi lieu dans des hébergements dit «gratuit», c’est-à-dire prêté à titre gracieux ou en résidence secondaire.

Votre activité favorite en vacances ? Se reposer

Se reposer est l’activité préférée des résidents en séjour de loisirs : 68 % des résidents profitent de leurs vacances ou leurs visites familiales ou amicales pour se reposer. Les séjours de loisirs sont également l’occasion de créer du lien : 45 % des résidents déclarent profiter de leurs vacances pour passer du temps avec leurs proches qui voyagent avec eux (45 %), ou bien ils en profitent pour rendre visite à des proches (41 %).

Par rapport à l’année 2019, 2022 voit la part d’activités de loisirs augmenter : faire du sport (+10 points de poucentage), aller dans un parc d’attraction (+7 points), faire du shopping (+4 points), aller à un spectacle (+2 points).

Les visites culturelles sont restées stables (31 %). La pratique sportive avait augmenté pendant la période Covid : vous étiez plus nombreux à réaliser des activités extérieures comme la marche, la randonnée, le vélo… Ces nouvelles habitudes semblent s’être maintenues puisque le sport a été une activité réalisée dans 30 % des séjours en 2022.

Vous dépensez en moyenne 163 euros par nuitée et personne

Au niveau des dépenses pendant les vacances, là aussi, sans surprise, c’est l’alimentation, les actvités et le shopping qui prennent la tête du classement (39%). Le second poste de dépenses est l’hébergement (35 %) suivi par le transport (25 %).

La dépense moyenne par nuitée et par personne s’élève à 163€. Ce montant a beaucoup baissé lors de la première année Covid (-30 %), passant de 146€ en 2019 à 102€ en 2020, mais tout est reparti à partir de 2021, sans doute en raison de la reprise partielle des habitudes touristiques, le retour des déplacements en avion, de l’hébergement à l’hôtel et des possibilités d’activités de loisirs et culturelles.

En 2022 viennent s’ajouter la réouverture des frontières encore fermées, l’inflation, dont la forte augmentation des prix de l’énergie et la baisse du cours de l’Euro par rapport au Dollar.

Ces dépenses sont bien évidement liées au revenu des ménages. La dépense moyenne par séjour et par individu s’élève à 990€ dans un ménage aux revenus élevés, contre 1 480€ pour un individu vivant dans un ménage moins aisé.

Sans surprise, c’est parmi les destinations hors Europe que l’on trouve le plus de séjours de longue durée (2-2,5 semaines). Le coût par nuitée est de 192€ en moyenne sur le continent asiatique, 226€ sur le continent africain et 284€ sur le continent américain.