Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Fonction publique : un premier espace de coworking à Schieren

Le deuxième étage du centre culturel de Schieren a été rénové pour offrir un espace de travail agréable et cosy. 

Le tout premier espace de coworking dédié aux agents de l’État ouvrira ses portes en décembre prochain à Schieren, avec 22 postes disponibles. Un pas vers la décentralisation et une offre de travail flexible plus complète.

Premier employeur du pays avec près de 33 000 agents (selon les derniers chiffres disponibles datant de 2021), l’État n’échappe pas au profond remodelage qui s’opère dans le monde du travail depuis la crise sanitaire.

La demande pour plus de flexibilité et de solutions alternatives favorisant un meilleur équilibre vie personnelle-vie professionnelle prend de l’ampleur, tout comme dans le secteur privé.

Un virage que le gouvernement est déterminé à prendre, non seulement pour maintenir l’attractivité de ses postes dans un environnement très compétitif, mais aussi pour enclencher la décentralisation des administrations publiques qu’il ambitionne.

186 m2 entièrement rénovés

C’est dans ce contexte qu’un tout premier espace de coworking – lieu de travail partagé – exclusivement réservé aux agents de l’État, s’apprête à ouvrir ses portes dès la fin de cette année, a annoncé hier le ministre de la Fonction publique, Marc Hansen.

«Le coworking présente de nombreux avantages, dont un gain de temps de trajet considérable pour les travailleurs, qui peuvent assurer leur mission dans un lieu plus proche de leur domicile, tout en offrant une alternative au télétravail, qui peut être compliqué dans certain cas», commente-t-il.

C’est la commune de Schieren qui a été choisie pour héberger ce nouvel espace en forme de projet-pilote pour deux ans, installé au deuxième étage du centre culturel «Al Schoul» fraîchement rénové. Sur 186 m2, des bureaux et 22 postes de travail tout équipés ont été disposés dans une atmosphère cosy.

First slide

Illustration de l’espace coworking dans le centre culturel «Al Schoul» à Schieren

First slide

Illustration de l’espace coworking dans le centre culturel «Al Schoul» à Schieren

First slide

Illustration de l’espace coworking dans le centre culturel «Al Schoul» à Schieren

Previous Next

Salle de réunion et cuisine agrémente le lieu, qui prévoit aussi des emplacements de parking sur place et à proximité. Le gouvernement s’acquittera de 12 500 euros mensuels auprès de la commune au titre de la location du plateau, des charges et pour assurer la présence sur place d’un concierge.

170 agents ciblés dans un premier temps

Une initiative largement soutenue par les chefs d’administration qui ont été consultés via un sondage fin 2022 et estiment à 59% que ce système peut influencer positivement la qualité du travail de leurs collaborateurs.

Pour eux, il est clair que le développement du travail décentralisé en espace de coworking, en complément du télétravail déjà instauré, est bienvenu pour compléter l’offre globale de travail flexible dans la fonction publique.

Pour cette phase de test qui nécessitera des ajustements, le ministre indique que la population cible se concentrera sur les agents des deux ministères dont il a la tutelle– Fonction publique et Digitalisation – et six autres entités qui y sont rattachées, soit un échantillon total de plus de 800 personnes.

31 minutes gagnées par jour

«En tenant compte de l’éloignement de leur lieu de résidence par rapport à la capitale, on a pu déterminer qu’environ 170 d’entre eux auraient un réel intérêt à fréquenter l’espace décentralisé à Schieren», explique Marc Hansen.

Soit 20% du groupe cible, et des agents qui verraient leur temps de trajet domicile-travail diminuer de 31 minutes par jour, selon les calculs du ministère.

D’autres antennes sont prévues, mais pour permettre un fonctionnement optimal, des conditions préalables sont indispensables, à commencer par un bon niveau de digitalisation des services concernés.

«Le défi principal est celui de l’organisation, car en ce qui concerne la sécurité des données et des documents, on a aujourd’hui l’expérience du télétravail qui pose cette même problématique et qu’on gère très bien», précise le ministre.

Les volontaires peuvent d’ores-et-déjà se signaler auprès de leur chef de service, et en fonction des besoins de l’équipe et d’autres paramètres, comme des obstacles au télétravail pour certains, ils pourront accéder aux réservations dédiées à cet espace de coworkin.