logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Luxembourg

Santé au Luxembourg - 10% des malades ont été renvoyés au travail

LUXEMBOURG – Après vérification, les médecins de contrôle du Luxembourg ont ordonné l’an dernier à 3 273 personnes arrêtées pour maladie de reprendre le travail.

Les médecins de contrôle renvoient régulièrement au travail des employés arrêtés pour maladie. L’année dernière, 3 273 personnes ont été contraintes de reprendre le chemin du travail, sur les 31 578 contrôlées. Soit un ratio de 10,3%, d’après les chiffres indiqués vendredi par le ministre de la Sécurité sociale Romain Schneider (LSAP), en réponse à une question du député Marc Spautz (CSV). Le taux est quasiment le même que celui de l’année précédente (10,5%).

La traque aux «malades imaginaires» peut être demandée par la Caisse nationale de santé (CNS) ou par les employeurs eux-mêmes. Pour autant, les médecins de contrôle se contentent d’analyser les patients «dans le cadre de la loi», rappelle Romain Schneider. Ils «ne peuvent s’immiscer dans les rapports du malade et du médecin traitant» et leur diagnostic ne constitue pas un désaveu pour les professionnels.

Les patients contraints de mettre fin à leur arrêt maladie peuvent contester la décision. L’année dernière, 18,86% des intéressés ont d’ailleurs fait opposition devant le Conseil d’administration de la CNS, tandis que 3,16% ont lancé la même procédure devant le Conseil arbitral de la sécurité sociale. Le taux d’absentéisme s’établissait à 3,88% en 2018, selon les chiffres officiels. Chaque travailleur avait en moyenne manqué 7,97 jours répartis en 2,69 périodes.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO