Morocco

Un premier semestre exponentiel pour les banques participatives

Par Rachid Al Arbi le 26/10/2020 à 22h14
banques participatives
© Copyright : DR

Kiosque360. Le secteur bancaire participatif affiche des croissances fulgurantes au premier semestre. Son PNB bondit de 75% à fin juin, mais le résultat net reste déficitaire même s’il se résorbe.

Les banques et fenêtres participatives affichent, «étonnamment», des tendances prometteuses au premier semestre. Dans son édition du jour, L’Economiste soutient que le secteur, qui boucle le troisième exercice plein de son histoire, s’en sort bien en dépit de la crise sanitaire et économique engendrée par le coronavirus. Son «PNB qui a littéralement explosé, à +75%, pour s’établir à 140,5 millions de dirhams», relève-t-il en affirmant que les banques et fenêtres participatives restent toujours déficitaires mais résorbent leurs pertes d’année en année. Le résultat net réduit ses pertes de 11% à -183,6 millions de dirhams à fin juin 2020. Les charges d’exploitation progressent aussi de 8% pour s’établir à 315 millions de dirhams. Dans ce sillage, le journal note un bond de 59% de l’encours de financements accordés par le secteur à 7,7 milliards de dirhams, avec une forte domination du produit Mourabaha (principalement des financements immobiliers) avec plus de 88% des engagements.

En face, les ressources progressent également. «Le nombre de comptes à vue augmente de plus de 38% en glissement annuel et l’introduction des dépôts d’investissements a permis de mobiliser un total de 2,9 milliards de dirhams avec une progression de 19,89% sur les six premiers mois de l’année», justifie le quotidien qui relativise en assurant que le ratio de transformation reste considérablement déséquilibré avec un taux de plus de 376%. En effet, «le secteur bancaire participatif représente peu dans le système bancaire avec à peine 1% de l’encours bancaire global. Ce chiffre est encore moins significatif (0,27%) lorsqu’il s’agit des dépôts bancaires participatifs». 

L’Economiste note que l’absence de couverture Takaful fait peser un risque social sur les banques et fenêtres participatives. Il parle aussi du déséquilibre de leur gestion bilancielle, qui est l'une des conséquences directes de l’enchérissement des produits bancaires participatifs par rapport aux produits conventionnels. Il est donc important de «concentrer les efforts dans la mobilisation de l’épargne, à travers la proposition d’une offre de services de «la banque au quotidien».

LES CONTENUS LIÉS

Football news:

Ex-President of Barca Laporta will take part in the new elections
Antonio Cabrini: Maradona would still be alive if he played for Juventus. The love of Naples was strong but unhealthy
Ferguson on Rashford's charity: Fiction for a young man. He should give me some advice
A Preston player who twice touched an opponent's genitals was disqualified for 3 matches for aggressive behavior
Atalanta Director: everything is fine with Miranchuk, there are no symptoms of coronavirus
Kovid mocks the Latvian championship: the team got only 8 people (but still did not finish the match)
Gerard Pique: We all hope that Messi will stay at Barca