Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

"Aujourd’hui, ce sont les artistes qui nous sollicitent pour venir jouer": à Nice, Graig Monetti développe l’ambition de la salle du Stockfish

Aujourd’hui, ce sont les artistes qui nous sollicitent pour venir jouer au Stockfish », se félicite l’adjoint délégué au Sport, de la Jeunesse et de l’Égalité des Chances de la mairie de Nice. Après le succès rencontré depuis l’ouverture du projet au cœur du quartier Saint-Jean-d’Angély en mars 2022, il entend bien redoubler d’efforts sur la prochaine année scolaire. L’objectif est de continuer de développer la "plus petite des grandes salles de spectacle". "Nous étions 18.000 en 2022, nous serons 36.000 cette année", a assuré Graig Monetti sur le réseau X (ex-Twitter).

La liste des artistes passés dans cette enceinte de 600 places se remplit de façon impressionnante et les noms de la programmation de cette saison sont du même acabit avec notamment Gad Elmaleh ou le duo de DJ français The Blaze.

En plus des habituels Jeudis du Stockfish, l’adjoint de Christian Estrosi intègre cette année des concepts tout frais aux spectacles hebdomadaires: "J’ai mis en place la Carte Blanche, où l’on laisse les clés du camion à l’artiste du soir. Line up, décors, programme... Il choisit absolument tout. Le concert de Mosimann sera d’ailleurs l’occasion de tester cette méthode inédite. Enfin, le T’choup Comedy Club, une troupe de comédiens niçois, se produira ici un mercredi soir sur deux. Ce projet municipal intègre évidemment la promotion de nos talents locaux."

"Une initiative populaire"

"On fixe le prix d’entrée à 5 euros pour les étudiants. Rendre les tarifs abordables n’est que la moindre des choses." L’élu rappelle que "cette initiative populaire de partage culturel est avant tout portée par l’investissement de fonds publics, sur la décision de Christian Estrosi." En 2023, les buvettes solidaires tenues en marge des soirées de spectacle ont permis de distribuer des dons d’un montant d’environ 1.000 euros à des associations comme la Banque alimentaire, l’Envol ou encore Prévention éducative.

Dans ces locaux d’une décoration pleine de caractère, Graig Monetti mise sur "un accueil artistique irréprochable et surtout une proximité sans pareil avec le public." Enthousiaste, il poursuit: "Le charme de cet endroit rend la performance d’un artiste vraiment différente par rapport aux très grandes salles. Ici, tu n’as pas le droit à l’erreur. D’ailleurs, c’est ce que recherchent certains comédiens qui passent au Stockfish avant leur tournée pour roder leur spectacle." Aujourd’hui, le jeune élu niçois se dit ouvert à tout partenariat avec les syndicats et associations étudiants: "Je ne vois aucun problème à ce fonctionnement, nous qui confions la salle à tous types d’évènements pour près de la moitié de nos dates sur les années précédentes."

"Je n’ai pas peur de congratuler les miens"

"On dirait que certains font de l’eczéma à l’idée de se féliciter, de profiter d’une belle réussite", s’exclame Graig Monetti, en évoquant la récente polémique de tapage nocturne électrisée par Éric Ciotti. "Je n’ai pas peur de congratuler les miens. Cette vague de modernisation a par exemple effacé l’insécurité qui régnait dans ce quartier il y a 10 ans".

L’élu de 30 ans n’a rien perdu de ses velléités à rafraîchir le quartier étudiant. À côté de cette salle de spectacle à l’initiative 100% municipale, l’ancien dirigeant de la Face 06 prévoit à l’avenir de transformer la faculté d’économie en campus mixte éco-médecine: "Un très gros projet qui pourrait finaliser la transformation de cet ancien terrain vague en un succès pour le dynamisme de la jeunesse à Nice."