Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

De Londres à Monaco, ils ont pédalé plus de 1.000 km pour contribuer à la protection des océans

Ils ont le même maillot, celui de la Blue Marine Foundation, ils ont la même passion, celle du cyclisme, et ont décidé de la mettre au profit du road-trip caritatif LondonToMonaco.

Huit jours, sept pays et plus de 1.000 kilomètres plus tard, la soixantaine de cyclistes plus ou moins aguerris partie de Londres le mardi 19 septembre est arrivée sur la place du Palais princier ce mercredi 26 septembre, vers 16h, concluant un périple placé sous le signe de la protection des fonds marins. Ils ont été reçus par les ovations de leurs proches, présents en nombre pour les accueillir, par une pluie de champagne... et le Prince en personne. 

160.000 euros récoltés

Pour sa sixième édition, l’évènement chapeauté par la Blue Marine Foundation qui œuvre pour la préservation des océans a encore connu un réel succès avec 160.000 euros de fonds levés.

Les cyclistes sont partis mardi 19 de la capitale anglaise, depuis laquelle ils ont ensuite rejoint les Pays-Bas, l’Allemagne, la France, la Suisse, l’Italie et enfin Monaco. Durant leur passage de l’autre côté du Rhin, les bienfaiteurs ont même eu la chance de courir au côté de Udo Hempel, l’illustre cycliste champion olympique aux Jeux olympiques de Munich 1972 pour la RDA. Durant leur escapade de huit jours, les conditions ont été extrêmement variées. Entre pluie en Angleterre et neige en Suisse, le challenge n’a pas été de tout repos pour la soixante de téméraires.

150 kilomètres par jour

"On a eu de mauvaises conditions au début. On a eu deux trois jours vraiment éprouvants. Mais après, ça a été. Puis l’organisation était au top", déclare Katrin Junge, venue de Brème (Allemagne) afin de pédaler sur la LondonToMonaco pour la seconde fois et pour "une raison noble".

Et si cette épreuve cycliste n’est pas une course, c’est avant tout un "challenge personnel", comme le souligne Claire Brook, la PDG de l’association Blue Marine Foundation.

"Chaque journée, il y avait environ 150 kilomètres à parcourir", précise-t-elle. Des conditions difficiles pour des non-professionnels - boostés par la bonne cause - en témoignent les "we did it" (NDLR, nous l’avons fait) qui fusaient à l’arrivée.