Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Relation parent-enfant: comment installer (sans crier) les règles du quotidien?

La routine du quotidien accapare souvent l’énergie des parents et il n’est pas rare que cela se termine en menaces, cris ou punitions. "Les enfants testent les limites et s’opposent presque systématiquement. Les parents, eux, sont souvent épuisés de répéter inlassablement les mêmes consignes. À la longue, les tensions à répétition peuvent peser sur l’ambiance familiale", analyse Clémence Prompsy, psychologue familiale spécialisée en éducation bienveillante et coauteure du livre Je ne veux pas! Alors comment fixer une routine du quotidien sans crier? " Tout d’abord, quelle que soit la situation, il faut bien comprendre que les règles s’apprennent; certains parents les considèrent pour acquises alors qu’il est important de bien les expliquer." En anticipant les évènements afin que l’enfant soit prévenu et s’y prépare. "Par exemple, on peut lui dire « demain, il faudra te lever tôt car il y a école", "tu feras trois tours de manège puis nous rentrerons à la maison..." Pour faciliter l’apprentissage, on peut instaurer des règles courtes et très précocement, dès l’âge de 18 mois (comme donner la main dans la rue, mettre son manteau...). Lorsque l’enfant obéit, il ne faut pas hésiter à le féliciter. "Car il a besoin de la reconnaissance de ses parents et se construit dans leur regard."

Autre astuce: afin que l’enfant se souvienne des consignes, il est très utile d’écrire les instructions sur un tableau (1) – que l’on affichera dans le salon ou la chambre – et d’y ajouter des pictogrammes ou images. " L’idée est de rendre la tâche amusante. On peut aussi lancer des challenges comme devenir la famille championne du rangement, championne du réveil ou des devoirs..."

Clémence Prompsy nous décrypte cinq situations concrètes du quotidien, du lever au coucher, et donne des astuces aux parents pour désamorcer les conflits.

Clémence Prompsy nous décrypte cinq situations concrètes du quotidien, du lever au coucher, et donne des astuces aux parents pour désamorcer les conflits.

1. Il ne veut pas sortir du lit

Malgré les appels répétés, l’enfant traîne des pieds pour se lever. Afin qu’il comprenne l’enjeu de partir à l’heure, il ne faut pas hésiter à lui expliquer en quoi consiste la ponctualité. "On peut prendre l’exemple de la maîtresse qui commence une histoire et qui doit tout reprendre depuis le début car un copain est arrivé. Cinq minutes plus tard, elle doit de nouveau recommencer l’histoire car un autre camarade est arrivé en retard et ainsi de suite..." Pour les enfants qui ont du mal à sortir du sommeil, on peut investir dans un réveil simulateur d’aube ou bien passer sa musique préférée afin de l’aider à ouvrir les yeux. " Le matin, il convient de supprimer les écrans qui ont tendance à couper toute notion du temps aux enfants ".

Autre astuce: mettre un réveil 5 minutes avant de franchir la porte pour se laisser le temps de mettre le cartable, d’enfiler le manteau et de vérifier toutes les affaires.

En revanche, si le problème est récurrent – et dure depuis plusieurs semaines – il convient de s’assurer que l’enfant ne souffre pas d’une difficulté à l’école.

2. Il ne veut pas s’habiller

Enfant hypersensible aux couleurs, qui refuse de s’habiller ou qui traîne devant le miroir… la crise vestimentaire peut vite gâcher la journée.

Avant toute chose, on peut déjà faire un tri pour avoir des habits de saison et ne pas perdre trop de temps à les choisir. "On privilégie également des vêtements faciles à enfiler, on évite les boutons et coupes trop ajustées."

S’il est important pour l’enfant de choisir lui-même ses habits, on peut lui faire une liste de tout ce qu’il doit porter: un pantalon, un tee-shirt...

Si l’enfant a tendance à être déconcentré facilement au moment de s’habiller, on peut lui suggérer de se vêtir dans la salle de bains. "Cette pièce petite et moins distrayante aide à perdre moins de temps."

Autre astuce: utiliser le jeu. "On peut lui proposer de faire la course contre la chanson. L’objectif sera de s’habiller avant la fin de la musique."

3. Il rechigne à faire ses devoirs

Au quotidien, si l’enfant se décourage à faire ses devoirs, on peut prendre un marqueur et (dès qu’un exercice est terminé) lui demander de le surligner sur le cahier de texte. "Ainsi, il verra que les choses avancent et il sera content d’arriver au bout."

On peut aussi commencer par les devoirs qu’il aime le moins, les facultés attentionnelles étant plus efficaces au début du temps de travail.

D’autres enfants apprennent mieux en bougeant. "S’il aime sauter sur le lit en récitant sa poésie, pourquoi pas!" Certains travaillent mieux avec de la musique en fond sonore. Pour l’encourager, on peut aussi proposer à l’enfant de marquer un panier de basket – en visant la poubelle – après chaque exercice terminé. Clémence Prompsy précise que la soirée ne peut pas être uniquement dédiée aux devoirs. "L’idéal est de consacrer un moment de détente parents-enfants, d’une durée équivalente à celle des devoirs." Si cette étape de la journée reste une source de conflit permanente, il ne faut pas hésiter à déléguer cette tâche à une personne neutre. " Les plus grands peuvent aller à l’étude dirigée. Pour les petits, la nounou ou le collégien doué peut suffire."

4. Il ne veut pas ranger sa chambre

Pour rendre ce moment plus agréable et pour que cela ne s’apparente pas à une punition, le parent peut débuter le rangement avec son enfant. Le jeu désamorce les situations. "Proposer de ranger la chambre avant la fin d’une musique donne un côté ludique à cette tâche. " Autre idée: utiliser le jeu de rôle afin de le responsabiliser. "On peut lui dire « toi tu es la maman (ou le papa), ta maison est en bazar, comment montrerais-tu à tes enfants comment ranger?"

5. Il refuse d’aller se coucher

Chez les enfants, les troubles du sommeil sont extrêmement variés dans leur forme et leur intensité. En ce qui concerne les problèmes légers et classiques, il faut tout d’abord bien veiller à trouver un rituel et de le maintenir. " Boire son biberon, se brosser les dents, puis s’installer dans le lit avec une histoire, les étapes se déroulent à la même heure, dans le même ordre et jamais dans l’urgence", détaille Clémence Prompsy.

Parfois, si l’enfant traîne, c’est qu’il a besoin de passer du temps avec ses parents. "Aller se coucher est une mini-séparation. Il faut être sûr qu’il ait eu son réservoir affectif avant d’aller dormir." Si l’enfant a peur de créatures imaginaires, on peut lui proposer des objets qui le rassurent comme un attrape rêve, une potion anti-loups ou un sac magique antimonstre à placer sous l’oreiller.

1. Sur le site Internet kidzetfamily.fr il est possible de télécharger gratuitement des tableaux déjà remplis.