Monaco

Une enquête ouverte après le décès par méningite d'un ado de 15 ans passé par les urgences d’Arnault-Tzanck

La semaine dernière, un adolescent de 15 ans est décédé des suites d’une méningite bactérienne foudroyante de type W135.

 Habitant à Nice, l’élève de 3e en prepa professionnelle au lycée des Palmiers, avenue Banco, s’est plaint de maux de tête mardi 7 janvier.

Il a été conduit, dans la soirée, aux urgences de l’institut Arnault-Tzanck, à Saint-Laurent-du-Var, et non aux urgences de Nice, comme le suggérait un médecin de l’Agence régionale de santé (ARS) que nous avons contacté en début de semaine.

Le garçon a été admis avant d’être renvoyé chez lui, trois heures plus tard.

Contacté par mail, Michel Salvadori, le directeur de l’institut, a répondu à nos interrogations.

"Effectivement, ce jeune homme de 15 ans a été reçu au service d’accueil des urgences de l’institut Arnault-Tzanck, le 7 janvier à 21 h 30 pour des céphalées [maux de tête] associées à des douleurs abdominales et des nausées. Il était apyrétique [n’avait pas de fièvre], présentait un examen strictement normal sans aucun signe méningé. Son bilan biologique n’était pas en faveur d’une pathologie bactérienne. Il est sorti à 23 h 30 soulagé après du paracetamol et du Spasfon."

Il n’aura pas passé la nuit.

"Dans le cas d’une méningite foudroyante, la bactérie peut se propager en quelques heures", a commenté l’ARS.

Xavier Bonhomme, le procureur de la République de Nice, a indiqué avoir ouvert une enquête dès l’origine du décès, alors que la cause n’était pas connue. "L’enquête est en cours, a-t-il précisé vendredi. Il n’y a pas de plainte de la famille à ce jour."

Les funérailles du garçon se sont tenues mercredi, une semaine après sa mort, en présence de ses proches, de la proviseure du lycée, de ses amis et de ses camarades de classe.