Madagascar
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Imerintsiatosika : Un gendarme poignardé à mort par un militaire

Un  adjudant de la gendarmerie nationale a été poignardé à mort samedi par un soldat de deuxième classe vers 1 heure du matin. Il a reçu trois coups de couteau et il a succombé à ses blessures à l’hôpital. Le drame s’est produit à  Ambohitrantenaina Imerintsiatosika. Selon les informations, le jeune soldat a attaqué l’homme en treillis alors qu’il était en train d’arranger un conflit entre ce militaire et ses camarades avec des jeunes filles. Alors qu’il  tentait de fuir, l’agresseur a été arrêté par la foule avec un de ses camarades. Rattrapé, il a été un peu « secoué » avant l’intervention des forces de l’ordre. Les deux autres se sont volatilisés. Les deux militaires arrêtés ont été amenés par la gendarmerie pour une enquête. 

L’adjudant-chef de la gendarmerie nationale, Tsiasanda Ratsimandresy Jimmy a perdu la vie à l’HJRA Ampefiloha. Poignardé mortellement par le soldat. Le pandore, en service à l’escadron de gendarmerie de la BPR de Toamasina, a rendu l’âme pendant son transfert vers une structure hospitalière de la capitale. Le militaire s’est acharné avec une violence inouïe sur lui puisqu’on a découvert sur son corps plusieurs impacts de coups de couteau. 

Selon des informations concordantes, tout serait parti d’une dispute entre ces militaires et des jeunes filles du quartier. Il y a une fête organisée par le gendarme dans le quartier tout près de la caserne du Régiment de l’artillerie lourde (RAL). Le soldat de deuxième classe avec trois autres militaires ont  rejoint la fête. Avec  l’effet de l’alcool, les hommes  de troupe se sont acharnés sur des jeunes filles.. Le militaire a sorti un couteau et au moment où le gendarme est intervenu. Tout s’est passé très vite, le couteau a atteint  l’adjudant. Transporté d’urgence à l’HJRA Ampefiloha, il rend l’âme en arrivant. Un drame qui a plongé collègues et parents dans la tristesse et la consternation.

Yv Sam