Madagascar
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

MIDIRAMA : Rien de nouveau sous le soleil de la Grande île

C’est un cliché montrant le talon de bagage du chef de l’État en déplacement à l’étranger qui a fait le buzz cette semaine sur les réseaux sociaux et qui a provoqué une réaction rapide de la présidence de la République. L’incident a fait la une de toute la presse et est considéré par ses services comme très grave. L’enquête a été diligentée avec célérité et a, semble-t-il, permis de découvrir le responsable de cette publication. Certains proches du président ont parlé d’une machination et sont allés jusqu’à dire que la vie de ce dernier et de sa famille pouvait être menacée. On connaîtra certainement le résultat des investigations menées dans les prochains jours , mais d’ores et déjà, des noms ont été cités. Cette affaire a failli éclipser la remise du trophée du champion de l’industrialisation décerné par l’ONUDI à Vienne. La nouvelle de l’obtention de ce titre n’a éveillé aucun écho auprès de l’opinion qui reste préoccupée par les difficultés de la vie quotidienne. La hausse du coût de la vie est en train d’épuiser une population qui n’a pour l’instant aucun espoir de voir ses revenus augmenter. L’ambassadeur de l’Union Européenne, Giovanni Di Girolamo qui quitte Madagascar au terme de son mandat a dressé un bilan de son séjour dans la Grande île. Malgré les relations cordiales qu’il a entretenues avec les autorités malgaches, il a exprimé une appréciation mitigée des actions qui ont été menées durant ces quatre ans. Il a mis en exergue les problèmes engendrés par le manque de bonne gouvernance à Madagascar. Il a souligné le manque de transparence dans la gestion des fonds Covid octroyés par la communauté internationale, épinglée d’ailleurs par un rapport de la Cour des comptes. Il n’a pas manqué d’évoquer en termes diplomatiques la nécessité d’un dialogue entre le pouvoir et l’opposition. Le diplomate rejoint en ce sens l’avis de nombreux observateurs et celui des membres des organisations de la société civile. C’est sur le plan sanitaire que l’on peut noter le regain d’optimisme manifesté par les autorités sanitaires, la baisse notable des contaminations à la Covid-19 étant. L’attention des responsables se porte maintenant sur la variole du singe dont on n’a relevé au cas pour le moment. Mais tous les dispositifs de prévention ont, disent-ils, été mis en place.

Sur le plan international, les yeux des spécialistes de géostratégie restent toujours braqués sur le conflit russo-ukrainien où les positions des deux belligérants ont sensiblement évolué. Les forces ukrainiennes ont entamé, disent les observateurs, une contre-offensive et commencent à gêner leurs adversaires. Il semblerait que les Ukrainiens sont en train d’utiliser les armements modernes acheminés par les Américains et les Européens. C’est dans ce contexte qu’un rapprochement entre la Russie et la Chine est en train de s’opérer. Des manœuvres militaires communes ont eu lieu ces derniers jours. 

En Afrique, ou plus précisément au Mali, les derniers éléments de la force Barkhane ont quitté la base de Gao qui a été remise aux forces armées maliennes. Les militaires français se sont repliés sur le Niger et le Tchad d’où ils vont pouvoir surveiller les mouvements des djihadistes revenus en force sur le sol malien. 

D’une semaine à l’autre, il n’y a pas de véritable évolution notable du contexte socio-économique de Madagascar. Les difficultés éprouvées par la population sont toujours les mêmes et elles ont même tendance à empirer. On pourrait être tenté de dire qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil de la Grande île.

Patrice RABE