Madagascar
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Parc Botanique et Zoologique de Tsimbazaza : Un pôle de tuberculose décime des espèces endémiques

Temps de lecture : 2 min.

Cette propagation de la tuberculose auprès du parc
botanique et zoologique de Tsimbazaza est une menace
pour les espèces endémiques du pays.

La direction zoologique et botanique de Tsimbazaza vient de confirmer l’information selon laquelle la tuberculose met en danger aussi bien les animaux que le personnel des lieux.

« Un foyer de tuberculose sur les lémuriens du parc botanique et zoologique de Tsimbazaza est déclaré des suites des résultats positifs de prélèvements sur cadavres ». C’est ce qu’annonce la direction dudit parc après des tentatives de confirmation ou d’infirmation des infos issues de source concordante. En effet, les informations véhiculées font état d’une épidémie de tuberculose qui se répand dangereusement dans le parc botanique et zoologique de Tsimbazaza. Une situation d’autant plus dangereuse pour la population tananarivienne étant donné que la maladie peut se transmettre aux humains. Selon toujours le parc botanique et zoologique de Tsimbazaza, « des mesures d’urgence ont été prises. Des mesures barrières, de distanciation et d’isolement sont effectuées auprès du parc », précise la direction de cet établissement. Outre ces mesures, le parc botanique et zoologique de Tsimbazaza aurait également décidé de fermer au public les cages des espèces concernées par l’épidémie de tuberculose.

Enquêtes. Interrogée sur le nombre d’animaux morts à cause de cette épidémie ou encore les espèces particulièrement touchées, la direction du parc botanique et zoologique de Tsimbazaza n’a pas donné suite à notre requête. D’autres sources avancent un bilan inquiétant en faisant savoir que plus de cinq lémuriens endémiques de Madagascar ont péri à cause de cette maladie. Les lémuriens seraient les plus concernés par la situation. Outre ces faits et mesures, la PBZT aurait, également, « mis en place un comité multisectoriel basé sur l’approche « One health » pour répondre à la situation ». Enfin, les animaux vivants ainsi que le personnel du parc auraient été soumis à des tests de dépistage de la tuberculose. Ces faits qui concernent particulièrement les lémuriens interviennent suite à la déclaration de menace d’extinction des microcebus berthea. Une situation qui ne redore pas le blason de Madagascar en matière de conservation de ces espèces endémiques.

José Belalahy