Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Circulation routière: attention nouvelle conductrice !

De plus en plus fréquent sur les voitures, « Attention nouvelle conductrice » n’est ni un texte, ni une recommandation du code de la route.

« Ecrire derrière sa voiture ‘’attention nouvelle conductrice’’ est une pratique purement malienne. Ce n’est pas un code de la route », glisse un policier. Il renchérit : « une personne qui a son permis de conduire aujourd’hui, est considérée comme quelqu’un qui a son permis il y a des années. Alors écrire sur une enseigne derrière sa voiture ‘’ attention nouvelle conductrice ‘’ est un faux prétexte », explique le policier

Une réalité ignorée par certains conducteurs comme Mme Traoré Mariam Diallo, nouvelle conductrice, elle a eu son permis il y a un mois. Pour elle, cela va de soi, qu’elle mette cette enseigne qui lui permet d’avoir l’indulgence des autres conducteurs plus habitués à la circulation : « C’est sur conseil de mes amies que j’ai décidé de mettre cette enseigne sur ma voiture. Pour elles, quand on a écrit : Attention nouvelle conductrice derrière sa voiture, les gens sont indulgents avec nous, et les autres se comportent plus prudemment avec nous. Et même en cas d’accident, les policiers seront indulgents avec nous », a-t-elle dit.

Mais pour Oumar Sangaré un nouveau conducteur, c’est juste sa façon de dire aux autres conducteurs d’être indulgents avec lui : « Il faut, en effet, un temps pour être habitué à conduire seul. Pendant ce temps, utiliser cette enseigne est une façon de dire aux autres qu’on est novice. Je sais qu’écrire derrière ma voiture : ‘’ Attention nouveau conducteur’’ ne va pas m’aider en cas d’accident, cependant il me permet quand même d’avoir l’indulgence des autres usagers de la route » justifie-t-il.

Pour certains passagers, les gens utilisent ces pancartes pour faire ce qu’ils veulent sur la route. Selon Adama Camara conducteur de mototaxi, les gens qui utilisent ces enseignes sont des dangers publics : « j’ai moi-même des difficultés avec ces personnes. Quand j’étais avec une cliente, une nouvelle conductrice a failli nous renverser. Et quand je m’en suis plaint, la dame m’a supplié de lui pardonner qu’elle vient d’avoir son permis de conduire », déplore-t-il.

Aly Diabaté (stagiaire)

Source: Mali Tribune