Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

‘’Dambé Kènè’’: Cri 2002 initie 44 rencontres intergénérationnelles:

Dans le souci d’établir des passerelles civiques et citoyennes entre les autorités, les légitimités traditionnelles et les jeunes générations, Cri-2002, avec l’appui de ses points focaux régionaux dans six zones d’intervention identifiées, a organisé 44 rencontres intergénérationnelles « Dambé Kènè ». Lesdites rencontres qui se sont déroulées dans les Bamako, Sikasso, Ségou, Koutiala, Mopti et Kati ont pris fin, avant-hier mardi, chez le chef de quartier de Sogoniko, Lanséni SANGARE. C’était en présence du président de CRI 2002, le Dr Abdoulaye SALL ; des notabilités traditionnelles ; des représentants des jeunes ; des femmes, des imams et des pasteurs.

Dans ses mots de bienvenue, le coordinateur des chefs de quartier de la commune VI, Seydou SANGARE, a apprécié l’initiative de ces rencontres ‘’Dambé Kènè’’ initiées par CRI 2002 et ses partenaires. Il a profité de l’occasion pour rappeler le long combat mené par le Dr Abdoulaye SALL pour la cause des légitimités traditionnelles et pour la refondation du Mali.
« Le Dr Abdoulaye SALL a consacré ses activités à la défense des intérêts des légitimités traditionnelles et à la construction du pays. Il a décidé d’être la bouche et l’oreille des notabilités à travers tout le pays. Grâce à ses efforts, les légitimités traditionnelles ont été revalorisées et ont désormais des décisions, des insignes, des drapeaux… », a témoigné le coordinateur des chefs de quartier de la commune VI.
Pour sa part, le président de CRI 2002, le Dr Abdoulaye SALL, a déclaré qu’il s’agissait, à travers ces rencontres intergénérationnelles, de permettre aux légitimités traditionnelles de bien jouer leurs rôles afin d’honorer les autorités qui ont revalorisé leurs places dans la société. Selon lui, il s’agit de réfléchir ensemble sur nos valeurs traditionnelles en vue de contribuer à la refondation du pays.
L’ancien ministre a déclaré qu’il n’y ait de richesse que d’hommes éduqués dans une société de confiance. Pour cela, il a invité les autorités traditionnelles, les jeunes, les femmes et les leaders religieux à créer un cadre d’échange composé de 7 à 9 personnes. Ledit cadre fera régulièrement des rencontres d’échanges en vue de faire propositions.
Les préoccupations des participants ont porté entre autres sur : qui peut être chef de village ; quel est le rôle du chef de village et de ses conseillers ; l’importance du vestibule du chef de village ; le rôle des jeunes et des femmes dans l’apaisement ; que faire pour le retour du ‘’Dambé’’…
Pour trouver des réponses à ces préoccupations évoquées, il a été décidé d’organiser des cadres d’échanges entre les notabilités et les populations de façon régulière.
Pour sa part, le Dr Sall s’est engagé à organiser des formations pour entretenir les jeunes sur nos valeurs traditionnelles.
En effet, ces rencontres intergénérationnelles (Dambé Kènè) initiées par CRI 2002 et ses partenaires ont abordé les questions sur les valeurs civiques et citoyennes. Les 44 rencontres se sont déroulées sous la forme de cadres d’échanges entre les jeunes générations et les légitimités traditionnelles.
Ainsi, les thèmes des discussions ont porté non seulement sur les valeurs civiques et citoyennes, les bonnes mœurs, les symboles de l’État, l’effritement des valeurs sociétales, mais aussi les difficultés qu’éprouvent les jeunes générations à appliquer et à préserver ces valeurs.
L’objectif recherché est d’avoir une connaissance et une compréhension communes, partagées, et acceptées sur les valeurs civiques et citoyennes afin de les inculquer aux jeunes générations.
Ces rencontres intergénérationnelles ont permis d’informer, de sensibiliser et de former plus de 1.320 participants (représentants des légitimités traditionnelles et jeunes générations) pour une connaissance et une compréhension communes, partagées et acceptées sur les valeurs civiques et citoyennes.
Dans chaque localité ciblée, il a été proposé de créer un cadre d’échanges entre les autorités traditionnelles et les jeunes générations.

PAR MODIBO KONE

Info Matin