Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Deuil : Le Commandant Fatoumata Koné tire sa révérence

La cérémonie funèbre des obsèques du Commandant Fatoumata Koné de la Direction des Transmissions, des Télécommunications et de l’Informatique des Armées (DTTIA) ont eu lieu, le mercredi 02 août 2023, à la Place d’Armes du Génie militaire.

Elle s’est déroulée en présence du Chef d’Etat-Major Général Adjoint des Armées, le Général de Brigade Ousmane Wélé, des Chefs d’Etat-Major et Directeurs de Services, des membres de sa famille, de ses proches, de ses collaborateurs et l’ensemble des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), des autorités administratives, religieuses et coutumières de Bamako et de Kati.

Le Feu Commandant Fatoumata Koné qui est né le 1er janvier1964 à Bamako a fréquenté le lycée Notre Dame du Niger de Bamako de 1983-1986 pour décrocher le baccalauréat en série Sciences Biologiques.

Par la suite, l’Officier a été incorporé dans l’Armée le 19 mai 1986 comme engagé volontaire avec rang de Soldat de 2ème Classe de la formation commune de base. Le Fu Commandant a, par la suite, reçu les affectations suivantes, de la 341ème CSTG en 1987, au 312ème CTA en août 1987, puis à la 512ème CIM et détaché au PRM de l’Armée de Terre pour compter du 1er novembre 1995.

De l’Armée de Terre, le Feu Commandant a été affecté à la Direction des Transmissions et des Télécommunications des Armées (DTTA). Détaché à la SOTELMA en 1999, nommé Chef de Section Exploitation Téléphonique et Satellitaire de la DTTA en 2009, il a été détaché à de la Direction de la Sécurité Militaire (DSM) en 2017. En mars 2021, il a été reversé à son corps d’origine, à la DTTIA, avant d’être nommée Chef de Division Recrutement, Formation et Emploi à compter du 19 juin 2023.

Jeune Soldat, intègre, rigoureux, très admiré de ses collaborateurs, soucieux de toujours mieux servir, il effectua les formations et stages de qualifications de CAT1 Transmissions de 1987 à 1988, de CAT2 Transmissions de 1989 à 1990, CIA spécial, session décembre 1993, CT1 et 2 en Installation d’abonnés à l’Ecole Supérieure d’Application des Transmissions de Rennes (France) en 1996 et 1998, de Cours d’Ingénieur en Radio Communication à l’Université des Sciences de Technologie de l’Armée Populaire de Chine, de 2009 à 2010, de Cours d’Ingénieur en Maintenance des Equipements de Communication Filaire, avec mention honorable, à l’Université des Sciences et Technologies de l’Armée Populaire de Chine de 2013 à 2014.

Le Feu Commandant Koné a suivi a également un stage de Renseignement Junior au Centre de Formation Interarmées de Renseignement (CFIAR) à Strasbourg en France en 2018.

L’Officier, une référence, qui est monté en grade au sein des Forces Armées Maliennes, de Caporal en janvier 1988, Sergent 1990, Sergent-Chef 1994, au grade Adjudant en 1998, puis Adjudant-Chef le 1er avril 2003, Sous-lieutenant en octobre 2007, Lieutenant puis Capitaine et Commandant à partir du 1er janvier 2019., est titulaire du diplômé de l’Ecole d’Etat-Major de Bamako en 2020.

Militaire engagé et dévoué, il participa en 1994 à l’opération FASSO à Tombouctou, où il a été le seul personnel féminin engagé sur sa propre demande, en qualité d’opérateur radio. Il a également été engagé dans la Mission d’Observation militaire des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) de 2021 à 2022. S’étant bien illustré par sa bravoure et son dévouement, il a été décoré de la médaille commémorative de campagne en 1996 et de la médaille des Nations Unies en 2022.

Sa fille, Joséphine Berthé retient d’elle une femme forte, une mère aimable, dévouée pour son travail. L’orpheline n’a pas manqué de remercier les parents, proches, amis, collaborateurs et les Forces de Défense et de Sécurité pour leur présence massive et soutien de tout bord à cette douloureuse circonstance.

Quant à son promotionnaire, le Lieutenant-colonel, Abdouramane Traoré, Directeur Régional de la DTTIA à Kati, le Feu Commandant Fatoumata Koné était affable, adorable, attentionné à l’amitié avec ses classes et promotionnaires.

« Au cours de nos différentes réunions, son absence était facilement remarquée par la timidité des uns et autres, elle taquinait tout le monde » a-t-il révélé. Selon lui, sur le plan professionnel, il tenait le métier d’armes à cœur jusqu’à s’auto-désigné pour une mission très difficile de la DSM.

Le brave Officier qui repose désormais au cimetière d’Hamdallaye, laisse derrière lui un veuf, une orpheline, des parents, des amis et des compagnons inconsolables.

Dors en Paix Officier. Garde – à Vous !

Cal Jacques DIARRA

FAMA