28276996_755671694623687_182200994303638059_n-e1519659814631La cité des rails a vu se réaliser un véritable rêve ce samedi 27 février 2021 avec son 2ème pont. Ce 2ème pont d’environ 541 m tant attendu par les Kayésiens a été inauguré par le Premier Ministre M. Moctar Ouane, Chef du gouvernement et le Ministre des Transports et des Infrastructures, M. Makan Fily Dabo. Dans le cadre d’un vaste programme de développement des infrastructures où plusieurs chantiers de construction des routes sont en train de voir le jour au Mali pour permettre le désenclavement intérieur et extérieur du pays.

D’autres ministres maliens ont également magnifié cette cérémonie d’inauguration par leur présence. Outre les ministres maliens, deux ambassadeurs étaient aussi présents, à savoir l’Ambassadeur de l’Union Européenne au Mali et celui de la France au Mali. Les Autorités politiques, administratives et traditionnelles, les Chefs religieux et coutumiers de Kayes étaient également présents pour l’occasion.

Pour rappel, le samedi 16 juillet 2016, la plateforme des associations de jeunes de Kayes et la société civile de Kayes ont organisé une marche pacifique allant du pont de Kayes Ndi au stade Bassi Coulibaly en traversant le pont à pieds pour demander un nouveau pont moderne au Gouvernement du Mali à travers le Président de la République d’alors Ibrahim Boubacar Kéïta, qui a répondu favorablement à la demande de la Jeunesse.

Et ce jour là, beaucoup de Kayésiens ne croyaient pas que ce jour solennel allait arriver et avaient même perdu tout espoir. Aujourd’hui, le rêve est devenu une réalité. Quel bonheur ! Quel espoir comblé ! Quelle joie pour les populations de la ville des rails de voir ce joyau architectural !

Qui laissent derrière eux un mauvais souvenir. Certes, le 1er pont de Kayes, construit en 1997 et mis en service en 1999, a joué un rôle important dans l’approvisionnement de notre pays en denrées de première nécessité pendant la crise de 2002 qu’a connue la Côte d’Ivoire. Il est un élément essentiel du corridor Bamako-Dakar par lequel transite la grande partie des importations et exportations du Mali.

En effet, 80% du trafic poids lourd, soit environ 1000 camions transitent quotidiennement par le 1er pont. Mais cette énorme pression a rendu la structure de l’ouvrage très fragile et a exposé les usagers à des risques majeurs d’insécurité. Heureusement que l’administration des routes a dû intervenir ces dernières années pour remédier aux dégradations récurrentes.

Soucieux de préserver la sécurité des usagers sur le pont, le département des Transports et des Infrastructures a, dès lors, pris des mesures importantes et notamment l’interdiction du trafic des poids lourds de plus de 40 tonnes sur le pont. Pour ce faire, des missions de sensibilisation ont été effectuées à Kayes avec l’implication des autorités politiques et administratives de la région de Kayes, a annoncé Makan Fily Dabo dans son discours d’ouverture. Qui a laissé entendre que son département a inscrit au rang des priorités la construction du 2ème pont de Kayes et ses voies d’accès afin de répondre aux fortes sollicitations des populations. <<Oui, répondre aux sollicitations légitimes des populations, c’était notre devoir. Il fallait le faire. Il était vraiment temps>>, dit-il.

Ainsi, ce joyau architectural répond à un type de structure mixte alliant l’acier et le béton. Sa longueur est de 541,30 m, il compte 14 travées de 40,30 m de portée. Le pont est soutenu par 15 appuis dont 2 culées et 13 piles-colonnes et porté par des fondations constituées de 68 pieux forés de 10 à 20 m de profondeur. La largeur de la chaussée est de 2X2m, la largeur des pistes cyclables est de 2X2m, la largeur des trottoirs est de 2X1, 5 m et celle de la Terre-plein Centrale est de 2 m.

De ce fait, le coût des travaux du 2ème pont et ses voies d’accès, y compris le contrôle et la surveillance, s’élève à 58 milliards de francs CFA (58.156.134.751 F CFA TTC) entièrement financés par le budget national. Le pont a été réalisé par l’entreprise SOMAFREC et ses voies d’accès ont été réalisées par l’entreprise COVEC.

Cependant, selon le Ministre Dabo, la réalisation de ce pont a beaucoup d’avantages. Car, elle permet de contribuer au désenclavement intérieur et extérieur de notre pays. Elle permet aussi entre autres à assurer une liaison pérenne entre Bamako et le port de Dakar; à contribuer au renforcement de l’intégration économique et de la coopération sous régionale ; à favoriser le développement de la recherche et l’extraction des ressources minières dans la région ; à renforcer les échanges commerciaux ; à réduire le coût de transport et le temps de parcours ; à améliorer la sécurité routière et le cadre de vie des populations ; à contribuer à la réduction de la pauvreté ; à améliorer la fluidité du trafic.

Par ailleurs, pour préserver ce joyau architectural, le Ministre Makan Fily Dabo a lancé un appel pressant aux usagers de ce pont et de ses voies d’accès, un appel de civisme, de patriotisme, de la responsabilité pour qu’ils évitent la surcharge qui est l’ennemi n°1 du pont et de la route. Il a aussi invité les transporteurs et les autres usagers à la prudence, à la tolérance et à la patience, dans le respect du Code de la route, en vue d’épargner des vies humaines car, ajoute-t-il, <<une vie ne se remplace pas. La vie n’a pas de prix. La réparation pécuniaire du préjudice causé par un accident mortel n’a pas pour objet de rappeler à la vie la victime décédée. Soyons alors courtois sur nos routes, si nous voulons éviter d’endeuiller des familles, la communauté et le pays>>, a-t-il conseillé.

De plus, il les a exhortés à se soumettre au paiement par passage de la redevance de péage pour réaffirmer leur engagement citoyen à contribuer à la préservation des routes par l’accomplissement de cet acte de patriotisme économique. Avant de demander aux riverains de veiller sur ce bien public en bons pères de famille, en mères avisées et en enfants du pays, de considérer comme normales les sujétions de contiguïté et de voisinage et d’étendre à leurs concitoyens le bénéfice des avantages de la proximité de l’ouvrage.

Pour clore son discours, le Ministre Makan Fily Dabo, a réaffirmé que le Mali émergent, avec comme base les agropoles se réalisera à travers un support efficace d’infrastructures routières. A cet égard, il a pris l’engagement de mettre tout en œuvre pour fournir un système de transport efficace qui permettra de faciliter l’accessibilité de nos villages lointains en toutes saisons aux services attachés à la route. Cela est possible. Il suffit d’y croire et de travailler en conséquence.

A noter que la cérémonie d’inauguration du 2ème pont de la Cité des rails a pris fin par la coupure du ruban par le Premier Ministre, Moctar Ouane, Chef de Gouvernement et du Ministre Makan Fily Dabo des Transports et des Infrastructures. C’était en présence d’une foule enthousiaste qui voyait se réaliser un rêve. Celui d’éviter de nombreux accidents que causaient les gros porteurs en traversant la ville. Ce serait désormais un souvenir lointain car avec ce pont, les gros porteurs ne vont plus traverser la ville notamment le grand marché de la ville.

Notons que le Premier ministre Ouane a, pour sa part, indiqué que cette cérémonie marque la concrétisation d’une aspiration fondamentale de tous les Maliens en général et de tous les Kayésiens en particulier. Prolongement de la route qui relie Kayes au reste du Mali, pour Moctar Ouane, il ouvre la ville aux échanges multiples et vient renforcer son intégration économique, sociale et culturelle. En un mot, dit-il, ce pont constitue un puissant vecteur de communication et de désenclavement.

Pour le représentant de la jeunesse M. Niane, ce jour est un grand jour, un jour de fierté. Car, il répond aux aspirations de la jeunesse de Kayes qui a décidé de s’impliquer vivement dans toutes les œuvres de développement de la cité. Il a demandé aux autorités de fournir encore des efforts pour la reprise du trafic ferroviaire. Appel qui a été entendu. Car, le ministre Dabo a rassuré les jeunes de son engagement personnel et de celui du gouvernement à relever ce défi dans un bref délai.

Aminata SANOU

Envoyée spéciale à Kayes

 Source : Zénith Balé

Fatoumata