president-bah-ndawPar rapport à l’épidémie de la maladie à Coronavirus (Covid-19) qui prend de L’ampleur dans notre pays, le Président de la Transition, Bah N’Daw a décidé de prendre des mesures afin de venir à bout de ce virus mortel. Annoncé comme devant s’adresser à la nation au Journal Télévisé (JT) de 20 heures sur l’ORTM ; c’est au final le discours écrit qui a été « balancé » sur la page officielle de la Présidence, peu avant 20 heures.  Néanmoins, dans cette adresse aux allures de communiqué, des mesures fortes ont été annoncées qui riment avec les exigences du moment.

Selon le Président Bah N’Daw, « si le 25 mars dernier, notre pays ne comptait que deux cas actifs de COVID-19, ce 30 novembre 2020, nous frôlons officiellement le chiffre de 5000 cas d’infection et ce chiffre, de l’avis des spécialistes, serait largement sous-estimé, nos capacités de dépistage étant dramatiquement faibles, autant que le sont nos capacités de traçage des personnes-contact ou de prise en charge médicale des patients. Pour lui, le fléau est, de plus en plus dans le District qui reste l’épicentre de la propagation au niveau national. Il est, de plus en plus, dans nos régions, dans nos Cercles, dans nos campagnes ».

Selon le Président Bah N’Daw   à travers cette adresse à la Nation, la crainte existe que la COVID-19 ne devienne endémique. Il pense que « chaque imam, chaque prêtre, chaque pasteur a le pouvoir et le devoir d’être un commandant en chef contre la pandémie, pour la survie des fidèles qui les ont choisis, pour la survie d’une nation à laquelle chacun de nous doit quelque chose. « Le Gouvernement, sous mes instructions, a dès aujourd’hui, obligation de donner corps à ce projet de mobilisation nationale contre la COVID 19, de lui donner les moyens, de l’accompagner, de le suivre. Il s’agit par la communication, la sensibilisation et la pédagogie de réussir l’appropriation par chacun d’un combat dont dépend l’avenir pour tous. Car notre ambition doit être de casser la chaîne de contamination en cinq semaines, à compter de ce jour 1er décembre 2020. Et ce défi peut être relevé si nous acceptons, pour utiliser l’expression d’un fier devancier, de rendre à ce pays une toute petite partie de ce qu’il nous a donnés », a dit le Président de la Transition   qui, de commun accord avec les voix des plus hautes autorités sur la question à savoir le Premier ministre, les ministres concernés ainsi que le Conseil scientifique dédié à la lutte contre la COVID, il a approuvé les décisions suivantes :

« Premièrement, les établissements d’enseignement primaire, secondaire, et supérieur, publics ou privés, seront fermés pour un délai de 28 jours.

Deuxièmement, les lieux de plaisir, de sport, les bars et restaurants seront fermés pour cette durée, c’est à dire 28 jours.

Troisièmement, pour la même durée un couvre-feu sera institué de 21h à 5h du matin. Les dérogations seront délivrées à ceux qui sont éligibles. Les leçons du premier couvre-feu seront tirées. Personne ne sera lésé mais les consignes seront strictement appliquées par les forces de l’ordre.

Quatrièmement, les autorités aéroportuaires et frontalières ont reçu l’ordre formel de renforcer le contrôle des documents de voyage dont le certificat de test COVID valide et dûment établi.

Plus que par le passé, ces prestations feront l’objet d’une rigoureuse évaluation et il n’y aura aucune hésitation à sanctionner les contrevenants. Les réseaux de faux certificat COVID seront démantelés et leurs auteurs recherchés, trouvés et présentés à la justice ».

Le Président de la Transition a mentionné que le calendrier de mise en œuvre de ces mesures sera décidé au tout prochain conseil de ministres.

« Chacun a une part à prendre dans la bataille. Laquelle n’est pas au-dessus de nos forces, mais laquelle ne se gagne que par la générosité continue dans l’effort, et aussi par la synergie de la belle équipe qu’il nous incombe de bâtir ici et maintenant », a-t-il dit.

Tougouna A. TRAORE –

Source : NOUVEL HORIZON

Mamadou Makadji ORTM en DIRECT