Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Sénégal : l’avenir politique d’Ousmane Sonko, en détention, de plus en plus flou

L’étau se resserre autour de l’opposant Ousmane Sonko. Il voit désormais sa participation à la présidentielle entravée par son placement en détention, la dissolution de son parti et des procédures judiciaires en cours.

“C’est impossible qu’Ousmane Sonko se présente à l’élection présidentielle. Pastef (le parti de M. Sonko) n’a pas les moyens politiques d’instaurer un rapport de force favorable” à une candidature de M.Sonko, a affirmé à l’AFP l’anthropologue et analyste politique Abdou Ndukur Kacc Ndao.

Abdou Ndukur Kacc Ndao dit craindre “une grande chasse” aux responsables de la formation qui compte plusieurs élus à l’Assemblée nationale et dans des exécutifs locaux.

Deux personnes ont été tuées lundi dans le sud du Sénégal, lors de manifestations à la suite du placement en détention de Ousmane Sonko, le plus farouche opposant au président Macky Sall.

Âge de 49 ans, adulé par les jeunes et porteur d’un programme “anti-système” prônant notamment un rééquilibrage des rapports avec les pays européens dont la France, Ousmane Sonko a été inculpé et écroué lundi 31 juillet pour divers crimes dont l’appel à l’insurrection ayant provoqué des tueries justifiant la dissolution de son parti.

L’homme politique arrivé troisième à la présidentielle de 2019 risque, selon des juristes, cinq à 20 ans de prison avec cette nouvelle procédure judiciaire qui s’ajoute à deux autres condamnations.

Condamnations

L’opposant avait été condamné le 1er juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, un verdict qui le rend inéligible en l’état, selon des juristes.

Il avait été condamné le 8 mai à six mois de prison avec sursis à l’issue d’un procès en appel pour diffamation, une peine susceptible de le frapper aussi d’inéligibilité, même s’il n’a pas encore épuisé ses recours devant la Cour suprême.

Moins de deux heures après le glaive de la justice lundi, celui du gouvernement s’est abattu sur le parti avec l’annonce de sa dissolution.

Les autorités reprochent à Pastef d’avoir “fréquemment appelé ses partisans à des mouvements insurrectionnels” avec de “lourdes conséquences, incluant de nombreuses pertes en vies humaines”, dans un communiqué publié lundi sur les réseaux sociaux.

La condamnation de Ousmane Sonko début juin a engendré les troubles les plus graves depuis des années au Sénégal. Ils ont fait 16 morts selon les autorités, une trentaine selon l’opposition. Des émeutes dans la même affaire avaient fait au moins 12 morts en 2021.

La “stabilité (du Sénégal) est désormais compromise, car le peuple n’acceptera jamais cette ultime forfaiture”, affirme le parti de Ousmane Sonko, en réaction à sa dissolution. Il dit attendre une “notification” de la décision qualifiée d’”anti-démocratique” pour l’attaquer par des “voies légales”.

“Si le peuple sénégalais, pour qui je me suis toujours battu, abdique et décide de me laisser entre les mains du régime de Macky Sall, je me soumettrai comme toujours à la volonté divine”, semblait se résigner Ousmane Sonko dans un message sur les réseaux sociaux lundi après-midi.

L’opposant avait martelé ces derniers mois que personne ne pourrait l’empêcher de se présenter à la présidentielle, promettant à défaut d’installer “le chaos” dans le pays.

Fissures dans sa coalition

Il a accusé le président Macky Sall de monter des affaires judiciaires pour l’écarter du scrutin de 2024. Macky Sall, élu en 2012 pour sept ans et réélu en 2019 pour cinq ans, a annoncé le 3 juillet qu’il ne serait pas candidat après avoir longtemps entretenu le flou.

La détention d’Ousmane Sonko “pourrait sonner le glas de ses ambitions présidentielles”, écrit le journaliste Momar Dieng dans un texte publié sur Twitter, rebaptisé X.

“Non seulement, il pourrait perdre son éligibilité électorale qui l’exclurait alors de l’élection présidentielle, mais aussi se trouver encore en prison lors de la campagne électorale dudit scrutin” à partir de janvier prochain, dit Momar Dieng.

Le parti de Ousmane Sonko a ces derniers mois été affaibli par des centaines d’arrestations dans ses rangs dont de hauts responsables toujours en prison.

Des fissures sont également apparues dans sa coalition après les conclusions d’un dialogue politique fin mai, que le Pastef avait boycotté, et qui a ont abouti à la promesse par le président Sall de modifier le code électoral pour rendre éligibles l’ex-ministre Karim Wade et l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall, écartés de la présidentielle de 2019 à cause de condamnations judiciaires antérieures.

“L’homme sur lequel le Pastef avait misé Ousma,ne Sonko est à la marge. C’est le moment pour ceux qui le soutenaient de se réadapter en choisissant d’autres personnalités pouvant porter ce projet”, affirme Thierno Souleymane Diop Niang, chercheur en sciences politiques et en relations internationales.

Source: AFP