Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

États-Unis: cinq militants d'extrême droite inculpés pour «sédition» dans l'assaut du Capitole

Le ministère américain de la Justice a annoncé, ce lundi 6 juin, l’inculpation pour sédition du chef des « Proud Boys » et de 4 autres membres de cette milice d’extrême droite pour leur rôle dans l’envahissement du Capitole le 6 janvier 2021 à Washington.

Avec notre correspondant à Miami, David Thomson

La figure clé de l'extrême droite américaine, Henry Tarrio, et quatre autres lieutenants de la milice d'extrême-droite ont appris la nouvelle en détention : déjà poursuivis pour association de malfaiteurs en vue d’empêcher la certification des résultats de la présidentielle américaine, ces 5 figures des « Proud Boys », âgées de 31 à 45 ans, sont désormais également accusés de sédition.

L'accusation de « sédition », très rarement utilisée, implique d'avoir comploté contre le gouvernement ou une de ses lois. Ce crime fédéral est passible d’une peine maximale de 20 ans de prison.

Henry « Enrique » Tarrio, le chef du groupe de la milice d'extrême droite des Proud Boys, ici en septembre 2020.
Henry « Enrique » Tarrio, le chef du groupe de la milice d'extrême droite des Proud Boys, ici en septembre 2020. AP - Allison Dinner

Le ministère américain de la Justice n’a pas révélé les éléments qui ont conduit à ce nouveau chef d'accusation, mais les 5 membres de cette milice d’extrême droite pro-Trump créée en 2016 sont accusés d’avoir coordonné à l’avance l’assaut du Capitole de Washington.

En parallèle, une commission d'enquête parlementaire tente de faire la lumière sur le rôle joué par l'ex-président Donald Trump et ses proches dans ce coup de force. Elle doit présenter jeudi ses premières conclusions, lors d'une audition très attendue.

Le rôle des milices d'extrême-droite

Depuis l'attaque par des partisans de l'ancien président républicain contre le siège du Congrès, au moment où les élus certifiaient la victoire de son rival Joe Biden à la présidentielle de 2020, plus de 810 personnes ont été arrêtées et inculpées, le plus souvent pour intrusion dans un bâtiment fédéral.

Seule dix d'entre eux, tous membres d'une autre milice radicale pro-Trump baptisée les « Oath Keepers », font également l'objet de poursuites pour « sédition ».

La veille de l'attaque, les chefs de ces deux milices, Henry Tarrio et Stewart Rhodes, s’étaient d’ailleurs rencontrés dans un parking souterrain près du Capitole. La scène a été entièrement filmée par un documentariste britannique, appelé à témoigner jeudi soir devant la commission d’enquête parlementaire sur le 6 janvier. Celle-ci diffusera en direct pour la première fois toutes ses auditions sur les télévisions américaines.

► À lire aussi : États-Unis : les différents visages de l'extrême droite