Senegal
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Dortumund : La police tue un Sénégalais de 5 balles

La victime est un Sénégalais de 16 ans

WDR a rapporté que le Sénégalais de 16 ans avait reçu une balle dans l’estomac, la mâchoire, l’avant-bras et l’épaule. Selon la police, le jeune homme a attaqué ses agents avec un couteau lors de l’opération, à laquelle 11 policiers ont participé, et l’un d’eux a tiré avec une arme MP5.

Agression entraînant la mort

Comme d’habitude dans de tels cas, il sera d’abord répertorié comme suspect. Il s’agissait de la suspicion initiale de lésions corporelles ayant entraîné la mort, et les officiers responsables n’ont pas été interrogés par leurs collègues de Dortmund, a déclaré Karsten Dombert du bureau du procureur de Dortmund. Pour des raisons d’impartialité, la police de Recklinghausen a repris l’enquête.

Manifestations contre les violences policières

Et la ville de Dortmund a été témoin hier soir de manifestations contre les violences policières. Jusqu’à 200 personnes y ont participé. La manifestation s’est finalement terminée devant le commissariat au nord de Dortmund, sans incident.

Le cours exact des événements n’est pas encore clair. Selon Dombert, un surveillant a appelé lundi le centre de protection de la jeunesse de la police où se trouvait le mort, car il a vu le jeune de 16 ans avec un couteau. Selon le parquet, il n’était pas clair dans le désert ce que le jeune homme avait l’intention de faire avec le couteau, s’il voulait se faire du mal ou faire du mal à autrui. Dombert a dit qu’il y avait une intention de se suicider.

L’adolescent est décédé pendant l’opération

La police a déclaré que les policiers avaient été attaqués par le jeune homme puis abattus. Malgré l’intervention chirurgicale d’urgence, le jeune homme est décédé des suites de ses blessures ! Quant aux policiers, aucun d’entre eux n’a été blessé, et il n’y avait aucun danger pour les civils présents sur les lieux. Selon le parquet, des gaz lacrymogènes et des bâtons électriques ont été utilisés lors de l’opération.

Interrogatoire des témoins

Les enquêteurs espèrent en savoir plus sur l’opération en interrogeant des témoins.Selon Dombert, trois superviseurs qui ont assisté à l’opération devraient être interrogés, ainsi que des policiers qui n’ont pas tiré comme témoins