logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Togo

Élection présidentielle 2020 : Agbeyomé Kodjo demande la suspension des activités de la CENI et saisit l’ONU sur la question

Le Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) a annoncé samedi 9 novembre 2019, avoir transmis un mémorandum sur le cadre électoral au Togo aux experts des Nations Unies.

La démarche vise selon le parti de l’ancien Premier ministre Kodjo Agbéyomé, à faire pression sur le pouvoir de Lomé dans le but de parvenir à l’organisation d’un processus électoral plus consensuel en 2020.

« Le MPDD résolument tourné vers la refondation de la gouvernance du Togo, tient à rappeler d’une part la nécessité d’une conduite consensuelle et vertueuse du processus électoral enclenché relativement à l’élection présidentielle de février-mars 2020, et d’autre part la recherche constante du bien-être des populations dans la gouvernance quotidienne », précise le parti dans sa déclaration liminaire.

Les responsables du MPDD lancent un appel au Président Faure Gnassingbé et ses collaborateurs à accepter d’ouvrir des discutions avec l’opposition afin de définir les conditions d’organisation du scrutin présidentiel prochain.

Le MPDD fustige la « volonté » du pouvoir de Lomé d’organiser unilatéralement l’élection présidentielle de 2020 et exige la suspension des activités de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) pour une « véritable » refonte du cadre électoral.

Le candidat déclaré du MPDD à la présidentielle de 2020 voit dans les actions du pouvoir en place, un « refus systématique d’accorder aux Togolais de l’extérieur, leur droit de vote ».

« Les conditions définissant le vote de la diaspora (détention six mois auparavant de la carte consulaire avant l’enrôlement pour le vote qui ne se fera qu’exclusivement dans les ambassades) démontrent à suffisance l’absence de véritable volonté de permettre aux compatriotes de la diaspora de prendre part au scrutin présidentiel de 2020 », dénonce le parti d’Agbeyome Kodjo.

« Le contexte de l’élection présidentielle de 2020 présente de fortes similitudes avec celle de 2005 car elle cristallise l’espoir des forces vives de la nation pour une élection juste, équitable et honnêtes, soit le fondement de l’autorité des pouvoirs publics », prévient Kodjo Agbéyomé.

Pour une élection apaisée en 2020, Kodjo Agbéyomé demande l’implication des Nations Unies, notamment par un appui technique et une facilitation en vue de l’amélioration du cadre juridique de l’élection, un audit du ficher électoral après l’enregistrement des électeurs, la supervision technique des opérations de vote et l’observation électorale, la vérification des résultats et leur certification et la transition vers une CENI et des CELI techniques.

Raphaël A.

source : afreepress

Themes
ICO