Tunisia
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

27 500 tonnes de blé ukrainien sont en route vers la Tunisie

La Tunisie attend l’arrivée d’une cargaison de blé ukrainien estimé à 27,5 mille tonnes, qui a quitté hier jeudi 30 septembre courant, le port d’Odessa, selon le ministère ukrainien des Infrastructures.

Besoins vitaux

Le site UkrAgroConsult a indiqué que 3 navires ont quitté le port d’Odessa transportant 60,4 milles de tonnes de produits agricoles à destination des pays africains et asiatiques, dont la Tunisie.

Le pays a besoin de blé ukrainien pour fournir du pain à la population, le marché ukrainien étant l’un de ses principaux fournisseurs de blé tendre.

La Tunisie, en particulier, est sujette à des ruptures d’approvisionnement en céréales et a importé l’an dernier 60% de ses besoins en blé tendre et 66% de son orge de Russie et d’Ukraine.

Le ministère de l’Agriculture prévoit d’atteindre l’autosuffisance en blé dur à partir de 2023 en produisant 12 millions de tonnes, en stimulant la production en augmentant la rentabilité du secteur et en augmentant les prix des céréales lors de l’achat aux producteurs locaux.

Faible récolte

Les dernières statistiques sur la collecte des céréales révèlent que la récolte de cette année ne fournira qu’un tiers de la consommation locale de blé, en contrepartie du recours aux marchés internationaux pour s’approvisionner du reste des quantités destinées à fournir du pain aux Tunisiens, puisque 7,3 millions de quintaux ont été collectées sur un total de besoins d’environ 30 millions de quintaux.

Ces dernières années, la Tunisie importe environ 80% de son blé de la région de la mer Noire, principalement de Russie et d’Ukraine, et dans une moindre mesure de France et de Bulgarie.

Le pays fait également partie des plus grands importateurs de céréales du fait que les besoins du pays varient entre 30 et 32 ​​millions de quintaux par an, et seuls 10 millions de quintaux en sont produits, principalement en raison du déséquilibre des systèmes de consommation et de subvention.

Le secteur céréalier est considéré comme stratégique, car il représente 13% de la valeur ajoutée agricole, 42% de la superficie des terres agricoles arables et 27% du total des terres agricoles exploitées.

Selon les données officielles de l’Institut national de la statistique, les importations céréalières de la Tunisie jusqu’à fin juillet dernier s’élevaient à plus de 1,8 million de tonnes, d’une valeur de 2,4 milliards de dinars.

La balance commerciale alimentaire a enregistré durant les huit premiers mois de l’année 2022 un déficit de 2154,4 millions de dinars (MD) contre un déficit de 1321,9 MD durant la même période de l’année précédente enregistrant ainsi, un taux de couverture de 63,8%, selon l’Observatoire National de l’Agriculture (ONAGRI).

Le déficit enregistré est essentiellement le résultat de l’accroissement du rythme des importations des céréales (+48,9%). D’après l’observatoire, le prix du blé dur a enregistré une hausse de 89,6% par rapport à l’année dernière. Les prix des autres produits céréaliers (blé tendre, orge et maïs) ont enregistré une hausse qui varie entre 44% et 61%.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!