Tunisia
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Ouvrières agricoles-Le cri du cœur des oubliées de la précarité: Pensez à nous! [Vidéo]

Les ouvrières agricoles ont organisé aujourd’hui un mouvement protestataire devant le théâtre municipal de Tunis où elles ont témoigné de leur désarroi.

Les femmes opérant dans le secteur agricole, ces oubliées du pays et de la précarité, ont dénoncé les mauvaises conditions de travail et leur marginalisation par des employeurs, des chauffeurs et des autorités.

Les ouvrières venant de toutes parts, de Jebeniana, Sidi Bouzid et autres régions, ont parcouru des centaines de kilomètres pour faire entendre leur voix et réclamer l’application de la loi n°51 de 2019 portant création d’une catégorie de “transport de travailleurs agricoles.

Elles ont crié au scandale sur l’écart flagrant entre les salaires des ouvriers et des ouvrières ainsi que l’indisponibilité des moyens et équipements de protection lors de récolte des piments, oignons, tomates, olives et les fruits.

Sans bavettes ni gants, ces dernières font savoir qu’elles sont exposées à plusieurs insecticides.

Le doit à la santé, la couverture sociale et l’élaboration d’une stratégie nationale pour un transport “décent” et sécurisé pour éviter les accidents mortels figurent parmi les réclamations.

Nous quittons nos maisons à 4h du matin pour toucher 10 dinars par jour alors que les hommes touchent 25 dinars, soit plus que le double. Le chauffeur nous parque par dizaines, parfois une trentaine, dans une benne au fond de laquelle il a versé de l’eau pour nous empêcher de s’asseoir. Cela lui permettra de gagner de la place et transférer plus de femmes, soit plus d’argent…

Nous subissons toutes les formes de violence: le harcèlement, la violence physique et verbale pour rentrer chez nous, vers la fin de la journée, avec quelques dinars pour nourrir nos petits et s’occuper de nos familles.

Certaines d’entre nous étaient contraintes de quitter les bancs de l’école, dès le plus jeune âge, pour travailler.

Les droits s’arrachent et ne s’acquièrent pas, s’il vous plaît, pensez à nous!” ont assuré les protestataires appelant le président de la République à intervenir pour régulariser leur situation.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!