logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Congo the

15 aout 2019 : Sassou dans l’impasse ou déjà dans la nasse ? Il a refusé de prendre la grande porte en 2016, qu’il prenne au moins la petite en 2021

Par Pascal Malanda

Bravo, monsieur Sassou, vous avez enfin reconnu qu’il y a un CONGO ÉTERNEL qui nous unit et nous survivra à vous et à nous tous. Je vous croyais plus sourd que celui qui ne veut entendre, mais là, par le biais d’un clin d’œil, vous avouez (si ce n’est vous-même, du moins les rédacteurs de vos discours) accorder une attention à ce qui se dit et s’écrit sur les réseaux. Cependant, reconnaître ne suffit pas, encore faut-il comprendre que le CONGO ÉTERNEL est notre bien commun que nous devons léguer à la postériorité en bien meilleur état que celui où nous l’avons trouvé.

Oui, LE CONGO ETERNEL vous survivra, nous survivra, mais au moment de votre très prochain bilan final devant l’Architecte de l’univers, aurez-vous le courage d’affirmer que le CONGO de 2019 était plus prospère que celui dont vous prîtes les rennes en février 1979 ? Vous avez eu tout pour faire du CONGO un Koweït ou une petite Suisse (même si vous détestez copieusement l’expression) : Deux booms pétroliers et une remise quasi-totale de dette. Quel CONGO laisserez-vous sous peu aux générations futures ? Non seulement vous les privez des 14.000 milliards de CFA, (20 milliards de dollars) qui leur revenaient de droit, mais vous leur volez leur avenir en les lestant du boulet d’une dette odieuse dont les produits sont des fantômes et des éléphants blancs.

Oui, le CONGO ETERNEL vous survivra, nous survivra. Vous avez cru tronquer et surtout tromper l’histoire en 2016. Vous auriez pu partir la tête haute en sortant par la grande porte. Que nenni, vous avez choisi de vous cramponner au pouvoir. Vous seul savez le goût de ce quinquennat de trop, obtenu au prix du sang et des larmes des autres, au prix de la liberté de vos fidèles disciples. Mandat de trop qui vous conduit à la petite porte de 2021. Il n’y a pas de honte à prendre la porte arrière de service quand la porte donnant sur le parvis est en flammes.

Vous savez mieux que tout le monde : 2021 est une impasse. Et vous savez bien que l’impasse se transforme facilement en nasse. Vous à qui on prête l’expression selon laquelle le pouvoir est un gibier pris dans la nasse, accepteriez-vous de devenir prisonnier du pouvoir et de votre propre nasse ?

Vous dites : « La multiplication de signaux cumulatifs et rassurants légitime, à juste titre, notre appel renouvelé à l’espérance et à l’optimisme, au bénéfice du CONGO ETERNEL » Oui, au-delà de nos divergences, nous partageons cette profonde espérance et ce contagieux optimisme qui nourrissent le CONGO ETERNEL que nous avons, malheureusement et temporairement, réduit à l’état de champ de ruines où coule des torrents de haine. Vous avez (pour combien de temps encore ?) les clés de la maison CONGO, ce pays si beau et si riche qui n’a pas du tout besoin du FMI pour se reconstruire, mais de l’intelligence de tous ses enfants réunis par le PARDON et la réconciliation pour se relever de ses cendres comme un Phoenix. Ecoutez le Divin silencieux en vous que le Divin affligé en moi salut au nom du CONGO ETERNEL

Pascal Malanda

LE CONGO ETERNEL

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO