Les journaux du Burkina Faso font cas, ce jeudi, du vote, la veille, de la loi portant quota genre aux élections législatives et municipales, sans oublier de revenir sur la récente tuerie de populations civiles par des terroristes au Centre-nord du pays.Le quotidien national Sidwaya informe qu’une délégation des autorités régionales du Centre-Nord, conduite par le gouverneur Casimir Séguéda, a présenté, hier mercredi, à Barsalogho, ses condoléances et compassions aux familles victimes de l’attaque terroriste de Nagraogo, survenue le 20 janvier dernier.

A ce sujet, Le Quotidien (privé) mentionne à sa Une : «Attaques de Nagraogo et de Alamou/Barsalogho: le gouverneur du Centre-nord au chez des familles des 38 victimes».

Quant à L’Observateur Paalga, le plus anciens des quotidiens privés burkinabè, il affiche: «Massacre de civils à Barsalogho: 48 heures après l’horreur», tandis que Le Pays titre : «Les 38 victimes ont été inhumées à Barsalogho».

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso, dans son éditorial ‘’Radioscopie » mentionne qu’«après l’Est et le Sahel, toujours ces individus à califourchon sur des motos ont fait feu sur des civils à Barsalogho».

Selon l’éditorialiste, «la guerre indiscriminée a déposé ses pénates ténébreuses dans le Sanmatenga (Nom de la province capitale de la région du Centre-nord).

Le même journal privé renseigne que le projet de loi portant fixation de quota et modalités de positionnement des candidats aux élections législatives et communales au Burkina Faso a été adopté, hier mercredi, par les députés.

A ce propos, L’Observateur Paalga fait observer par ailleurs que «place (est) au positionnement alterné homme/femme», pendant que Le Pays arbore: «Quota genre: Un surplus de financement de 20%, désormais accordé aux partis qui respecteront la loi».

Sidwaya abonde dans le même sens que le journal cité en second lieu, lorsqu’il souligne que «des bonus (sont) garantis aux conformistes».