logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Alambika garnit vos cocktails

De toute évidence, Jean-Sébastien Michel a un flair pour détecter les tendances. Ainsi, en 2012, il a lancé la boutique d’ingrédients et d’accessoires à cocktails Alambika au moment même où une renaissance de cette catégorie de boissons s’amorçait.

« Pendant 30 ans et jusqu’au début de la décennie 90, les gens ont commencé à s’ouvrir à tout ce qui entourait la consommation de vin, puis à découvrir des produits venant de pays différents. Par la suite, les bières de micro-brasseries ont suscité l’intérêt et la curiosité des buveurs. Enfin, il y a une dizaine d’années, les cocktails ont gagné en popularité quand des barmans ont ressorti de vieilles recettes avec des alcools devenus introuvables, comme de la crème de violette », indique celui qui, à l’époque, rédigeait un blogue sur les boissons.

Détectant un marché en expansion, l’entrepreneur diplômé en sciences politiques a ouvert Alambika, un point de vente pour le grand public, et Jesemi, son volet de distribution pour les bars, restos et commerces de détail. Parmi sa clientèle, on trouve aujourd’hui des hôtels comme le Château Frontenac, le Ritz-Carlton, la chaîne Four Seasons, des restos comme le Toqué ! et l’Auberge Saint-Gabriel, de même que le Casino de Montréal.

La tendance que Jean-Sébastien Michel a observée jadis se maintient, car pour les deux dernières années recensées par Statistique Canada, les ventes de spiritueux au pays ont augmenté de 3,2 % et de 2,8 %.

Alambika et son fondateur nourrissent la bête, question d’en assurer la pérennité. Entre autres initiatives visant les consommateurs, le bar éphémère Alkadémie a été ouvert en juillet dans un local adjacent au commerce, à l’angle des rues Saint-Laurent et Beaubien.

Ici, on changera le concept, le décor modulable et la carte tous les trois mois, question de favoriser la découverte de cocktails différents selon la thématique choisie et la période de l’année. De plus, on y offrira des cours, des séminaires et des lancements dans le but de « faire avancer les connaissances en cocktail et de proposer un espace qui laisse place à la créativité ».

« Je veux sortir ces connaissances des bars, puis les rendre accessibles au grand public, afin que les gens s’amusent à préparer leurs propres consommations. Cela générera par la même occasion de la clientèle pour la boutique, qu’on positionne comme un magasin de jouets pour ceux qui aiment bien boire. »

Demeurer près du marché desservi

Avec quelque 1200 produits allant des mélangeurs aux gobelets à tikis, en passant par les concasseurs à glace, presse-agrumes, couteaux et éplucheurs, Alambika a vu son chiffre d’affaires multiplié par 15 en sept ans.

Cette partie ne représente toutefois que le tiers des revenus de l’entreprise, son volet de distribution accaparant le reste.

« Cette portion de nos activités nous permet de demeurer près de toute l’industrie, des distillateurs jusqu’aux barmans. Nous pouvons aussi mieux déceler les tendances et goûts du moment. Enfin, nous devenons pour eux un précieux allié, car ils devaient auparavant commander des ingrédients aux États-Unis, puis assumer les conséquences de longs voyages sur la qualité des produits. »

On le constate, Jean-Sébastien Michel ne laisse rien au hasard. Pas même le nom de son commerce.

« J’ai choisi un nom commençant par A, car quand je commandite un événement, si les partenaires sont affichés en ordre alphabétique, j’apparais toujours en haut de la SAQ. »

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO