Canada

Chine : un examen de conscience s'impose

La Chine a emprisonné deux Canadiens parfaitement innocents pour obtenir la libération d’une dirigeante de Huawei que les États-Unis voulaient juger pour fraude fiscale. 

Taux de succès de l’opération chinoise ? 100 %. Une victoire totale et sans appel.

Et là, subitement, c’est le grand réveil, le grand dégel des esprits.

Indifférence

Le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, lâche qu’il aura désormais « les yeux grands ouverts » à propos de la Chine.

Quoi, ils étaient fermés jusque-là ? Euh, oui.

Même réveil tardif dans l’industrie du commentaire : on « découvre » que la Chine n’est pas un pays ami. 

Ben coudonc...

Dans une démocratie, comme au Canada, les politiciens sont des bouilloires. 

Une bouilloire se met à siffler quand l’eau atteint une température suffisante---.

Ceux qui peuvent réchauffer l’eau, ce sont les électeurs.

Quand le peuple est indifférent, les élus le seront aussi. 

Pendant des années, nous avons assisté à la montée de la Chine. Pire, nous y avons contribué.

Regardez la quantité hallucinante de produits venus de Chine qui étaient jadis fabriqués chez nous. 

Pendant toutes ces années où nous avons laissé notre capacité de production filer en Chine, quel était le discours dominant que nous avons gobé avec appât, hameçon, plomb et fil ?

Que ce déménagement s’inscrivait dans une mondialisation économique uniformément positive.

Quiconque mentionnait l’importance de l’achat local passait pour une sorte de paysan nostalgique, désespérément déconnecté, irréaliste, qui ne comprenait pas que les temps avaient changé.

Quiconque s’inquiétait de voir tant d’entreprises d’ici passer sous contrôle étranger ne comprenait pas que c’était « normal », qu’il ne fallait pas en faire un plat.

Vous évoquiez la nouvelle fragilité de ce Québec inc. dont nous fûmes jadis si fiers ?

Vous étiez un protectionniste, un nationaliste, sans doute un peu « séparatiste », un tantinet xénophobe, assurément un attardé.

Tous ceux qui tiraient la sonnette d’alarme étaient... des alarmistes. 

Ce climat général a permis à la Chine de tisser sa toile.  

Nous allons chez Walmart, moi inclus, où tout est chinois. 

Que quelques sous fassent une différence dans le budget d’un pauvre, je veux bien. Mais je ne vois pas que des pauvres chez Walmart.

Pendant ce temps, on nous submerge de reportages sur l’agonie de la démocratie à Hong Kong ou sur les camps où sont détenus les Ouïghours. Indifférence totale.

On se fiche complètement des rubriques sur l’actualité internationale, où se trouvent les informations sur la Chine.

On ne lit que les messages dans leurs biscuits.

On préfère dévorer tout ce qui concerne Marie-Pier Morin, Carey Price ou les quadruples crétins d’Occupation--- double.

Pince

Nous avons atteint un point où, l’an dernier, les gouvernements occidentaux se battaient pour des cargaisons de masques sanitaires fabriqués en Chine.

Nous n’étions même pas foutus de fabriquer vite, chez nous, des masques de conception élémentaire. Humiliation historique.

Et aujourd’hui, nous nous lamentons de voir que la Chine tient nos testicules dans une pince en acier. 

Nous l’avons bien cherché.

Football news:

Mourinho is one of the candidates for the post of Newcastle coach. The Saudis believe that he will improve the image of the club
Sulscher on Rashford's social activities: Now he should prioritize football
The Prince of Cambodia refused to acquire Saint-Etienne
Dani Alves: If Barcelona thinks they need me, it's a matter of one call. I can still be useful
Lewandowski wants to move to Real Madrid. He will ask Bayern for a transfer (As)
Sarri about the calendar: Football is no longer a sport, but a show from which they are trying to squeeze as much money as possible
Calvert-Lewin is Arsenal's main target for the summer. Lacazette and Nketiah will leave for free