Canada

Des enseignants à bout de souffle lancent un cri du cœur au ministre de l’éducation

Monsieur le ministre Roberge,

Depuis le dépôt de la Loi 40 en décembre dernier, vous n’êtes pas sans savoir qu’un mouvement d’enseignant.e.s est né: le collectif À bout de souffle...Ça suffit.

Les membres en étaient au point de vouloir préserver leur santé en quittant le réseau de l’éducation parce que les conditions de travail dans celui-ci sont tout simplement une atteinte à leur bien-être. Nous nous étions parlé à cette époque et vous disiez être préoccupé par notre sort et faire de nos conditions une priorité.

Dans le contexte Covid, ils ont cru bon mettre leurs valeurs fondamentales de côtés pour le bien des enfants et de tous ceux qui fréquentent le réseau pour ainsi mieux se concentrer sur les réelles priorités; ils ont reporté leur départ pour, encore une fois, le bien du réseau et ils continuent de se rendre malades pour le même objectif à leurs dépens.

Pression sur le réseau

Et vous? Que faites-vous concrètement pour le bien de leur santé? Que faites-vous pour la sécurité de tous, mais surtout, que faites-vous pour améliorer leur quotidien et ainsi donner l’espoir de rester pour un avenir meilleur?

Il y a maintenant près de quatre mois que vous utilisez le personnel de façon optimale tel que vous l’aviez inscrit dans vos offres de décembre dernier. Les enseignant.e.s tombent; des gens non-qualifiés à peine sortis du secondaire assurent l’éducation des jeunes sans avoir l’expertise nécessaire et les enfants/adolescents/adultes sont soumis à de l’instabilité constante en plus de toute l’anxiété provoquée par les mesures mises en place.

Il n’y a aucun constat d’un quelconque changement, même en faisant abstraction de la pandémie. Ça suffit les belles paroles, leur santé et celle de toutes personnes présentes dans les établissements n’est pas un enjeu économique ni politique!

Que dire du fait que certains gestionnaires du réseau ont également manifesté, en juin dernier, leurs réserves quant à l’implantation de vos consignes souvent improvisées et de dernières minutes?

Cette pratique a imposé une pression énorme et insupportable sur tout le réseau créant ainsi des dommages collatéraux importants pour les acteurs du système scolaire.

Priorité à l’éducation

Votre parti disait avoir pour priorité l’enseignement et vous l’avez encore affirmé cette fin de semaine dans l’une de vos publications.

Vos prises de décisions démontrent clairement votre manque de sollicitude envers les enseignant.e.s et nous considérons cela ni plus ni moins comme une trahison envers la profession.

Nous vous crions à l’aide et vous trouvez prétextes et boucs émissaires pour vous justifier et nous ignorer.

Démontrez-nous vos intentions en acceptant de négocier immédiatement, avec les autorités syndicales compétentes, des conditions de travail favorables et un salaire digne de ce nom.

Avant de nous pénaliser sous prétexte économique, montrez l’exemple en acceptant une baisse salariale pour qu’en tant qu’enseignant, vous puissiez vous aussi contribuer à la relance.

Assumez votre rôle en préservant les intérêts d’un des piliers de la société qu’est le réseau de l’éducation.

Ne pas agir l’amènera à sa perte...Vous devez prioritairement revoir la composition des classes qui ne permet plus un enseignement de qualité. Depuis plusieurs années, il y a une intégration abusive des élèves en difficultés (comportement ou EHDAA) sans égards aux besoins des élèves dits autonomes dans leurs apprentissages.

De ce fait, nous constatons clairement un exode tant des enfants que du personnel vers le milieu privé ou vers des provinces où la profession est réellement valorisée. Cette violence structurelle est directement responsable de l’exode vers le milieu privé ou vers un concept alternatif qui correspond mieux à l’éthique professionnelle et aux valeurs profondes de l’enseignant.e. qui veut encore œuvrer pour le bien des générations futures.

Des engagements officiels

Nous vous demandons d’intervenir rapidement en prenant des engagements officiels à l’effet que notre quotidien et nos conditions seront considérablement améliorés de sorte que de se présenter au travail ne soit plus une menace pour nous. Nous sommes d’abord et avant tout des êtres humains et non des appareils que l’on peut user!

De surcroit, nous réclamons que vous reveniez sur différents propos tenus publiquement qui désinforment la population à nos dépens: pédagogiques versus congés et tâche éducative versus tâche de travail liée au contexte pandémique (nettoyage, exposition, temps supplémentaire –moyenne de 45 heures présence école, surplus de planification pour l’enseignement à distance dans le cas des fermetures de classe, etc.).

En tant que porte-parole officielle du mouvement À bout de souffle...Ça suffit, je vous somme de prendre cet avis très au sérieux à l’effet que plus de 150 enseignant.e.s songent à préserver leur santé physique et psychologique ainsi que leur vie familiale et ce, en quittant à contrecœur le réseau de l’éducation.

Il importe de vous rappeler que notre objectif premier est de DEMEURER au sein du réseau, mais pas à n’importe quel prix. Il faut éviter l’exode des experts en éducation!

– Geneviève Groleau, fondatrice et porte-parole du mouvement À bout de souffle...Ça suffit, ainsi que ses membres

Football news:

Griezmann on Messi: I admire Leo, and he knows it. We have a great relationship
Rooney on the possibility of a move to Barca in the 2010/11 season: Thinking about it. Could fit in perfectly
Hooray, in England they will let the audience into the stands again! While up to 4 thousand and not everywhere, but the clubs are happy 😊
Solskjaer about the match with Istanbul: these are the Champions of Turkey, it will be difficult
Gasperini on the nomination for the best coach of the year award: If we beat Liverpool, maybe I'll get a few votes
Julian Nagelsmann: Leipzig want to give PSG that final feeling they are talking about
Tuchel Pro Champions League: Match with Leipzig - the final of our group