Canada

Données personnelles: les données de tous les enseignants à risque

Navigation
close

Coup d'oeil sur cet article

Les données personnelles de 51 400 enseignants ont été dérobées et celles de tous les autres sont à risque d’être tombées aux mains de malfaiteurs.

La Sûreté du Québec avait déjà procédé à l’arrestation de deux hommes, le 1er mars dernier, dans cette affaire, mais le gouvernement du Québec a appris seulement mercredi que les informations contenues dans sa « base de données servant à déterminer la classification académique des enseignants au Québec peuvent avoir été dérobées ».

Ainsi, le numéro d’assurance sociale, les noms et prénoms ainsi que la date de naissance des enseignants du Québec pourraient ainsi être utilisés par des fraudeurs pour obtenir du crédit. 

« La certitude qu’on a, c’est que les données de 51 400 personnes ont été dérobées, mais on ne sait pas quel usage en a été fait », explique le porte-parole du gouvernement, Antoine Tousignant. 

Toutefois, la fuite pourrait également toucher l’ensemble des enseignants actifs et certains retraités. « C’est niveau primaire, secondaire, collégial, au public et au privé », dit Antoine Tousignant.

M. Tousignant assure qu’un plan de protection des consommateurs sera offert aux personnes concernées, aux frais du gouvernement. Les enseignants touchés recevront bientôt une lettre à cet effet.

De plus, de nombreux Québécois bénéficient déjà d’un plan de protection à la suite de la fuite de données chez Desjardins. 

Pour plus d’information, les enseignants et ex-enseignants peuvent contacter Service Québec au 1-877-644-4545 à compter de 8 :30, samedi.  

Plus de détails suivront...