logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Éveiller ses 5 sens dans la nature

Fatigué, stressé, à plat, surchargé ? Peut-être que c’est le moment de penser à un bain de forêt, pour éveiller ses sens, baisser son niveau de stress et reconnecter avec la nature. Reconnue depuis 1982 comme une pratique thérapeutique au Japon, pour ses bienfaits sur le corps et sur l’esprit, la sylvothérapie gagne du terrain en Europe et en Amérique.

Ingénieur et guide de montagne, le Français Éric Brisbare explique les bienfaits de la sylvothérapie et propose des pistes pour s’initier à cette pratique toute simple et accessible dans un livre qui connaît énormément de succès : Un bain de forêt.

La liste des bénéfices prouvés scientifiquement des séjours sous les sapins, les chênes et les bouleaux s’allonge de jour en jour : lutte contre le stress, l’anxiété, la dépression, meilleure qualité de sommeil, lutte contre le diabète, les allergies et les maladies respiratoires, stimulation du système immunitaire.

<i>Un bain de forêt</i> Éric Brisbare, Éditions Marabout, 220 pages

Photo courtoisie

Un bain de forêt
Éric Brisbare, Éditions Marabout, 220 pages

Se ressourcer

Éric Brisbare, ingénieur dans une grande société américaine, a eu l’occasion de vérifier lui-même les bienfaits des séjours en pleine nature. « J’ai pratiqué la sylvothérapie à titre personnel, puisque je travaillais dans une grosse boîte américaine. J’avais des journées de malade, et d’aller en forêt, régulièrement, tous les week-ends pour me ressourcer, ça me permettait de mieux vivre mon quotidien », explique-t-il en entrevue. « C’était vraiment ma soupape. »

Le bain de forêt a été reconnu par le ministère de la Santé, au Japon, en 1982.

« C’est la tradition du shinrin-yoku, une pratique thérapeutique préventive et immersive qui fait de plus en plus d’adeptes. Le bain de forêt permet de se ressourcer auprès des arbres, de se déconnecter de la frénésie du quotidien pour mieux se reconnecter avec la nature, qui est pour moi une source inépuisable de bienfaits. »

Bénéfices remarquables

Comment ça se pratique ? « C’est très simple : en marchant en forêt en pleine conscience de l’environnement qui nous entoure, on va respirer, se ressourcer et mettre en éveil ses sens. J’ai vraiment une approche de mise en éveil des sens. À travers l’odorat, le toucher, le goût, la vue et l’ouïe, on va mettre à contribution ses différents sens pour prendre le temps de découvrir l’environnement qui nous entoure et le cocon protecteur que représente la forêt. »

Éric Brisbare note qu’en ralentissant son rythme de vie et en développant la pleine conscience, l’impact bénéfique est rapide. Il a également été mesuré par des études scientifiques, menées entre autres par le Dr Qing-Li, au Japon.

« Prendre un bain de forêt a des effets multiples sur l’esprit. Il permet de réduire le stress, d’équilibrer son mental, de retrouver son énergie et la confiance en soi. Il permet de renforcer son système immunitaire et d’augmenter le nombre et l’activité des cellules NK. Il diminue le taux de l’hormone du stress – le cortisol. »

Qu’est-ce qui se passe ? « Les phytoncides, les molécules sécrétées par les arbres pour se défendre, tu vas les inhaler. Ces phytoncides sont des huiles essentielles, comme les alpha-pinènes, les beta-pinènes et les limonènes. Ce sont ces molécules qui vont te permettre de t’apaiser. Et c’est ce qui va faire que tu réduis ton taux de cortisol. Ensuite, tu vas neutraliser l’activité du système sympathique et augmenter celle du système parasympathique – l’équilibre entre l’activité nerveuse et le fait de se reposer. »

Il remarque un intérêt croissant de la population envers le bain de forêt. « On est dans une société hyperconnectée aux écrans, notre rythme quotidien est de plus en plus dense – c’est infernal. Le contact avec la nature, en particulier avec les arbres, permet de se reconnecter avec les plaisirs simples de la vie. »,

Sunset in the wood in winter period

Photo Astrid Di Crollalanza

Themes
ICO