This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Inflation verbale

Parler d’économie à un auditoire réceptif. Depuis le temps que le Parti conservateur attendait ce moment !

Et il ne boude pas son plaisir. 

L’inflation et le coût de la vie sont le sujet numéro un à la Chambre des communes, et probablement aussi dans les chaumières. 

Les conservateurs y voient l’occasion de redorer leur blason économique, eux qui ont tenté sans succès depuis six ans d’intéresser la population au déficit et au contrôle des dépenses.

À cause de Justin ?

L’occasion est belle. La hausse du coût de la vie touche directement le portefeuille des familles ordinaires. Le déficit demeure pour beaucoup assez théorique. 

Vous avez peut-être entendu parler de la Justinflation, le pas très subtil jeu de mots que colportent depuis deux semaines les conservateurs.

Erin O’Toole a envoyé son pitbull en chef et député rebelle Pierre Poilievre transmettre le message que les aides pandémiques trop généreuses des libéraux sont en cause. ​

L’argument comporte de nombreux écueils difficiles à ignorer. 

D’une part, l’inflation touche tous les pays riches de la planète. Nous sommes loin d’être les seuls dans ce bateau. Les problèmes dans les chaînes d’approvisionnement en seraient les grands responsables.

Il faut ajouter que les conservateurs ont eux-mêmes approuvé en bonne partie les aides d’urgence, et qu’ils ont promis de dépenser encore plus que les libéraux dans une première année de mandat en campagne électorale. 

La suite 

La plupart des économistes ne jettent pas la pierre aux libéraux pour la hausse du coût de la vie. En revanche, il s’en trouve facilement pour élever des drapeaux rouges quant à la poursuite de dépenses massives.

A-t-on besoin de dizaines de milliards de plus en investissements de relance ?

L’inflation sera assurément en toile de fond des débats politiques de la prochaine année. 

Les Canadiens seront à l’écoute des diagnostics et des solutions de tout un chacun. En espérant que les faits guident le plus possible la discussion.