Canada

Julien se consacre à sa famille

Un jour de match, Claude Julien rencontre normalement la presse deux fois. Il se retrouve dans l’œil médiatique de septembre jusqu’à l’élimination de son équipe. Il répond aux questions des journalistes encore plus souvent que Justin Trudeau ou François Legault dans une semaine typique de hockey. Avant la pandémie de COVID-19.  

• À lire aussi: Claude Julien se tient prêt  

À l’exception d’une entrevue avec le collègue Louis Jean, de TVA Sports, Julien n’avait pas parlé aux journalistes montréalais depuis le 10 mars, dernier match de la saison du Canadien avant l’interruption des activités dans la LNH. C’était après un revers de 4 à 2 contre les Predators de Nashville au Centre Bell. 

L’éloignement médiatique lui avait probablement remonté un brin le moral. Invité à participer à une téléconférence, l’entraîneur en chef du CH s’est prêté à l’exercice avec une immense générosité, mardi. 

Apprendre des hommes politiques

En confinement à sa résidence estivale en Ontario avec sa femme Karen et ses trois enfants, Julien n’a pas juste parlé de hockey. Il a partagé son quotidien en temps d’isolement en plus de tracer un parallèle entre son métier très médiatisé et celui des chefs politiques en cette période de crise. 

« Je suis de près les conférences et je me revois parfois un peu dans certaines questions, a répondu Julien. Il y a des questions parfois délicates. Pour le bien du public, tu dois parfois faire attention à tes réponses. Tu ne dois pas faire de cachettes, mais en même temps, tu ne peux pas semer la panique. Je trouve que monsieur [François] Legault fait un excellent travail au Québec. Même chose pour monsieur [Justin] Trudeau. Ils se retrouvent dans une situation extrêmement difficile. Ils ont besoin de rester réalistes et d’entretenir l’espoir en même temps. »

« Comme je suis en Ontario, j’écoute aussi monsieur [Doug] Ford, le premier ministre ontarien. Je regarde ça attentivement. Je peux me placer un peu dans leur peau. J’écoute aussi pour apprendre certaines choses. Mais dans mes conférences, on ne parle pas de vie ou de mort, on parle d’un sport. Eux, ils ont des sujets bien plus délicats. Je remarque leur calme, ils projettent une bonne image à la population. Quand tu es le chef d’orchestre, tu dois rester en contrôle. Ils font un très bon travail. »

Retour dans le passé

S’il consacre encore du temps à regarder des vidéos de son équipe, Julien redécouvre également de petits bonheurs de la vie depuis quelques semaines. Il regarde l’une de ses filles qui suit des cours à l’école virtuelle, il fait des devoirs avec son garçon et il ressort des valeurs d’antan.

« Nous vivons des moments pénibles avec des pertes humaines. C’est une situation unique dans notre vie, nous n’avions jamais connu une telle pandémie, a-t-il rappelé. Mais ça me permet de me rapprocher de ma famille, c’est ma priorité. Nous écoutons les consignes pour rester en santé. En temps normal, il y a toujours des activités à gauche et à droite. Ça devient compliqué juste de tenir un repas en famille. Je ne me souvenais pas des dernières fois où j’ai passé autant de temps pour manger avec toute la famille. Ça nous donne une chance de voir ce que nous avons probablement oublié.

« Nous réfléchirons à plusieurs choses à la sortie de cette crise, a-t-il enchaîné. Je vais divulguer un peu mon âge, mais on se souvient de l’époque où il n’y avait pas de micro-ondes et qu’on prenait le temps de partager des repas. Nous retrouvons des valeurs extrêmement importantes qui se retrouvaient souvent de côté en raison de la technologie ou de nos rythmes de vies effrénés. Je me sens comme si on reculait le temps de 40 ou 50 ans. Nous avons l’occasion de revivre ça avec notre famille. C’est le positif de cette situation tellement négative. »

Football news:

There is a real chance that 50-60 clubs will go bankrupt. The owner of Huddersfield about the consequences of the pandemic
Valverde about the game with Manchester City: we Want to play so that we can go further. Real is ready to do anything for this
Great selection from Roma: KAFU opens up in the box and waits for a pass, but instead Totti and Batistuta score masterpieces
Sabitzer has been exposed to coronavirus in April
In the 90s, the Russian club played in the Finnish championship: the players carried cigarettes, the President went on the field. It ended because of the default
Flick about Holand: it is the first season, so it is too early to compare it with Levandovsky
Felix sprained a knee ligament in training. This is his 3rd injury of the season at Atletico