Canada

Le harcèlement sexuel, une pratique à haut risque

La saga Nolin-Morin est à l’image de l’époque. D’abord, elle met en lumière deux vedettes de la nouvelle génération. 

L’une d’entre elles est une chanteuse qui joue de son orientation sexuelle et de son physique, car elle ne recule devant rien pour affirmer son moi en s’habillant comme la chienne à Jacques dans un gala, en pratiquant un langage lardé de jurons et de propos scatologiques et en se faisant photographier nue pour défendre son droit à la différence. 

L’autre est Maripier Morin qui, elle, joue de sa beauté. La rumeur qui circulait à son sujet avant la diffusion sur Instagram du message de Safia Nolin laissait entendre que Maripier flottait dans un monde de vedettariat aux mœurs sulfureuses. Jamais ses fans ne s’attendaient à ce qu’elle se révèle comme une harceleuse sexuelle, et pas seulement une agresseuse physique. 

Car mordre à pleines dents la cuisse de quelqu’un peut être un crime selon le Code criminel. 

Face à face 

Les deux « belles » sont désormais face à face. En révélant l’agression physique commise en 2018, Safia a entraîné Maripier dans le sillage de Gilbert Rozon et d’Éric Salvail. Comme eux, mais cette fois dans l’espace de quelques heures, elle a été déchue professionnellement et financièrement. Les deux hommes sont en procès pour viol et agression sexuelle, mais Maripier, qui a mordu Safia, aurait aussi fait référence à l’origine arabe du père de la chanteuse en lui disant : « Tu devrais être chauffeur de taxi ». Safia l’accuse d’être raciste. 

Il est clair qu’avec les réseaux sociaux, le système de justice a été mis K.O. Les nouvelles générations s’en servent en lieu et place des tribunaux, qui à ce jour n’ont pas été des modèles d’équité quand il s’agissait de juger des cas d’inconduite sexuelle. Souvent, les policiers n’ont pas été non plus à la hauteur quand ils interrogeaient des victimes potentielles, très majoritairement des femmes. Trop de légèreté, de grossièreté, voire de machisme.  

Les tribunaux sont coincés à vrai dire quand il s’agit de causes à caractère sexuel. Les juges s’appuient sur le Code criminel qui à l’évidence semble incapable de cerner au plus près toutes les nuances de l’expression de la sexualité. Mettre la main sur la fesse de quelqu’un ou lui mordre la cuisse peut être considéré comme un crime au même titre qu’un viol. Par ailleurs, on sait que c’est sous l’appellation d’agression sexuelle que l’on regroupe désormais toute atteinte à l’intégrité physique à caractère sexuel. Évidemment, les sentences varient selon les gestes et les intentions de l’agresseur. 

Du rêve au cauchemar

Que les harceleurs sexuels potentiels ou actifs se le disent. Les réseaux sociaux crépitent et peuvent du jour au lendemain transformer leur vie et celle de leurs proches en cauchemar. 

Or, personne n’ose se pencher sur les intentions inavouées ou inavouables de la chanteuse qui a balancé la Maripier dont on a annoncé récemment la nomination aux prix Artis 2020 dans la catégorie Personnalité féminine de l’année. 

Pourquoi au lendemain de la morsure, la chanteuse a-t-elle envoyé une photo à son agresseuse en ajoutant « lol » ? 

Pourquoi a-t-elle attendu deux ans avant de dénoncer un acte commis en public ?  

On comprend que Safia Nolin ne croit pas au système de justice, car elle aurait du mal à gagner sa cause. Seul Instagram lui permet de mettre la belle au rancart. Odieux, diraient certains.

Football news:

I would not be surprised if Pochettino is appointed in less than 3 days. Ex-Barca winger Carrasco on the club's new coach
Alaba about Mueller: we are Glad that Bayern have such a player
Jordi Cruyff replaced Donadoni at the head of China's Shenzhen
Tiago Pro 8:2 with Barca: Bayern haven't won anything yet
Bartomeu's future in Barcelona will be discussed by the Board of Directors next week
CSKA is ready to offer 7 million euros for defender Fuchs. Internacional wants 10 million^. CSKA intends to acquire the Central defender of Internacional Bruno Fuchs, who is also claimed by Monaco and Lille
Goretska Pro 8:2 with Barca: This is only the first of three steps