Canada

Le maire de Dalhousie ne veut pas de l'«Apollo» sur son quai

Autre écueil pour le navire «Apollo» : le ferrailleur qui en a fait l'acquisition la semaine dernière prévoit le conduire au quai de Dalhousie, au Nouveau-Brunswick, pour le démanteler au cours des prochains jours. Toutefois, la municipalité n'en veut pas. 

• À lire aussi: F.-A.-Gauthier: l’incompétence de la STQ a coûté des millions aux contribuables

• À lire aussi: La CAQ n’a qu’elle à blâmer pour le fiasco de l’«Apollo», dit le PQ

• À lire aussi: L’Apollo enfin revendu

«Il n'est pas le bienvenu à Dalhousie, point final!», s’est exclamé ce matin le maire de la municipalité, Normand Pelletier. Ce dernier ne veut en aucun cas que le quai de Dalhousie serve de port d'attache au Nouveau-Brunswick. Pourtant, le nouvel acquéreur de l'«Apollo», Dalhousie Marine Recyclers, compte bien s'y accoster la semaine prochaine afin d'en récupérer les matériaux.

«Moi, si j’appartiens un morceau de terrain et un individu arrivait à moi et disait, "je vais démanteler des autos accidentées sur ton terrain sans ta permission", je ne pense pas que ce serait grandement apprécié des gens [sic]», a-t-il lancé.

Normand Pelletier a affirmé que le ferrailleur ne disposait pas de toutes les autorisations légales pour procéder. Une entente devra être faite au préalable avec le président-directeur général du port de mer de Dalhousie. Le ferrailleur devra ensuite avoir en sa possession les preuves légales, provinciales et fédérales, ainsi que les permis d’Environnement et de Transport Canada pour acheminer sa demande.

Pour sa défense, René Renault, propriétaire de Dalhousie Marine Recyclers, a déclaré avoir reçu deux des trois certifications nécessaires dans les deux derniers jours.

«Ça coûte très cher, ce sont des professionnels du ministère des Transports qui viennent et qui certifient ces choses-là. Les gens pensent qu'on arrive avec une cour à scrappe. Ce n'est pas de même que ça fonctionne! Le bateau est démantelé morceaux par morceaux et les morceaux sont mis immédiatement dans des camions qui partent pour le centre de recyclage de Saint-Jean Nouveau-Brunswick», a-t-il fait savoir.

Le maire de Dalhousie s'inquiète également des effets néfastes d'une telle procédure sur l'environnement. Il craint que le démantèlement de la ferraille sur son territoire soit un facteur aggravant à la situation atmosphérique de sa ville qui selon lui, est déjà dégradée.

«La ville de Dalhousie a été polluée assez longtemps, pour cent ans de temps. Peut-être qu’il pourrait regarder à New Richmond, Chandler ou Gaspé ou Sainte-Anne-des-Monts ou Matane. Pourquoi Dalhousie? Aucune idée, mais c'est monsieur Renault et son projet», a dit Normand Pelletier.

«Les études environnementales, le client qui achète le métal en a six études de faites, donc on n'est pas obligé de recommencer», a répondu l'acquéreur du navire.

Rappelons que la conception d'un récif artificiel était envisagée pour l'«Apollo». Le projet a finalement avorté en raison des coûts faramineux qu'il aurait engendré. L'ancien traversier a donc été acheté pour la modique somme d'un dollar par le ferrailleur René Renault lundi dernier.

Football news:

Ole Gunnar Solskjaer: Any decision I make is for the good of Manchester United. The main thing is the result
Mourinho on Tottenham: We don't have the same conditions as some clubs. They create a crazy market
Hazard was injured for the 8th time in 16 months at Real Madrid. He had 12 injuries in 7 years at Chelsea
Frank Lampard: Abramovich is a man who achieves his goals. Without this, it is impossible to achieve his position
Marcelo was actually grabbed by the hair. Clear penalty. Ex-referee Iturralde Gonzalez on the controversial episode in the match of Real Madrid
Gasperini on Atalanta's defeat: the Players are tired. We pay more for national team games than for the Champions League
Neymar on the draw with Bordeaux: PSG played timidly. If we don't win, it will be as difficult in Ligue 1 as in the Champions League